Homme/machine : le sursaut humain

ThéâtreL’ensemble baBel retrace nos aliénations techniques à Dorigny.

L’ensemble baBel et 4 écrivains performeurs en répétition à Dorigny.

L’ensemble baBel et 4 écrivains performeurs en répétition à Dorigny. Image: Fabrice Ducrest / UNIL

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous avons passé commande à quatre écrivains, comme nous l’aurions fait avec des compositeurs, mais en sachant qu’on pouvait compter aussi sur leur présence scénique comme performeurs.» Laurent Estoppey, saxophoniste de l’ensemble baBel, pose ainsi les bases de «Blabla Data Machine», un spectacle musical insolite en création de jeudi à dimanche à la Grange de Dorigny. Tête chercheuse d’une musique expérimentale connectée au passée, baBel, ici en format de quatuor avec Anne Gillot, clarinettes et flûtes, Noëlle Reymond, contrebasse, et Luc Müller, batterie, explore à nouveau des géographies et des archéologies sonores inédites.

Pour sa prochaine intervention, l’ensemble a donc invité Gaël Bandelier, Flynn Maria Bergmann, Nicolas Carrel et Alain Freudiger, des écrivains qui ont en commun la spécificité d’engager leurs textes dans des performances scéniques. «Dès la première réunion, il n’y avait pas encore de thème défini, mais l’envie forte de création collective, poursuit le musicien. Le rapport entre l’homme et la machine est né de nos échanges. Nous n’y apportons pas de réponses, mais nos multiples questionnements.»

À l'ère numérique

À partir de quatre créations littéraires et quatre créations musicales solos, un fil rouge s’est infiltré: la relecture acoustique en commun de «The Man Machine» du groupe allemand Kraftwerk, l’album emblématique de la musique électronique des années 70, que Laurent Estoppey avait en tête depuis longtemps. «Il y a une forme de dérision à vouloir reproduire cette musique avec nos instruments et quelques pédales d’effets et autres synthétiseurs, dans une forme d’hybride mi-homme, mi-machine, en réaction au tout numérique.» Car pour le saxophoniste, le fossé est béant par rapport à l’optimisme d’il y a 40 ans: «En 1978, tout était possible. En 2020, on a l’impression que plus rien ne l’est.» Et pourtant, l’interprète réalise que les interrogations des écrivains d’aujourd’hui apparaissaient déjà en filigrane chez Kraftwerk.

Nicolas Carrel, l’un des auteurs, a été captivé par cette aventure à huit, «où le mélange entre musique et texte est si intime que les textes se font musique et la musique se fait narration». L’amateur de dadaïsme apprécie particulièrement le côté rétro-futuriste du résultat: «D’un côté, il y a ce monde dystopique qui fait penser à «Blade Runner», à «Brazil», mais aussi le désir de machine, notre fascination persistante. Dans le spectacle, même si on utilise abondamment l’électronique, on ne sort jamais un fichier d’un ordinateur. Chaque son est produit et ça transpire l’humanité.» Une émancipation est en vue.

Lausanne, Grange de Dorigny
Je 9 (19h), ve 10 (20h), sa 11 (18h), di 12 (17h)
Rens.: 021 692 21 24
www.grangededorigny.ch

Créé: 08.01.2020, 14h33

Articles en relation

Le judoka a troqué le tatami pour les planches

Portrait Le Lausannois Didier Borel a lâché sa ceinture marron de judo pour la comédie musicale. Il joue, chante et danse en Allemagne. Plus...

Romain Daroles, héraut littéraire sur les planches

Théâtre Le comédien triomphe dans «Phèdre!» et présente son solo «Vita Nova» à Vidy. Rencontre. Plus...

Au Crochetan, un Don Juan clownesque fait face à la mort

Théâtre Le libertin prend les traits du clown blanc dans la relecture fantasque du mythe par Jean Lambert-wild et Lorenzo Malaguerra. Critique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...