Ilyich Rivas, chef qui a de qui tenir, se lance à Genève

ClassiqueEtoile montante, le jeune Vénézuélien prolonge une vocation familiale et fait ses débuts à la tête de l’OSR. Rencontre

Ilyich Rivas, s’est façonné un menu musical à son image et à ses goûts: russe et juvénile

Ilyich Rivas, s’est façonné un menu musical à son image et à ses goûts: russe et juvénile Image: STEEVE IUNCKER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le village perché quelque part sur les flancs des montagnes du Venezuela, une étiquette accompagne depuis longtemps déjà le nom de cette ancienne famille: «los musicos», les musiciens. De génération en génération, les Rivas potassent jour et nuit notes et partitions, ont l’amour de la direction, si bien qu’on les croirait nés avec une baguette entre les doigts. De l’arrière-grand-père, qui dirigeait la fanfare du coin, au grand-père amateur d’art chorale, du père chef d’orchestre jusqu’au dernier de la dynastie, Ilyich Rivas, qui inscrit ses foulées dans les traces du géniteur. La vocation de la lignée se confirme donc.

Elle se manifeste aussi avec une précocité qui étonnera les observateurs du paysage classique. Fait qu’on pourra vérifier ce mercredi soir au Victoria Hall, puis demain au Théâtre Beaulieu à Lausanne, où Ilyich Rivas – pas encore 23 ans, s’il vous plaît – se présente pour la première fois face aux pupitres de l’Orchestre de la Suisse romande et aux côtés d’Alissa Weilerstein, violoncelliste qui ne cesse de grimper.

Toscanini, le grand modèle

Un âge propice pour diriger? Raisonnable tout cela? Oui, disent les Amis de l’OSR, qui ont confié entre les mains de cet astre montant les destinés du Concert de l’An. Et l’intéressé, qu’en pense-t-il? Regard rieur, le musicien concède que, question apparences, les cheveux blancs et le CV bien épais aident à asseoir une autorité naturelle face à l’orchestre. «Mais à Genève, j’ai tout de suite compris qu’il y avait une grande envie de travailler le programme, de traduire ses couleurs vives. C’est une disponibilité et une élasticité face à la musique qui font plaisir et qu’on ne rencontre pas si souvent, croyez-le.»

En terre romande, Ilyich Rivas s’est façonné un menu à son image et à ses goûts: éminemment russe ou soviétique (de Borodin à Tchaïkovski en passant par Khatchatourian ), et marqué par l’élan juvénile des compositeurs convoqués. «De manière générale, il est trop tôt pour dire exactement quels sont mes points d’ancrages forts, je suis encore dans une phase d’exploration du répertoire, note le chef avec modestie. Je sais par contre que je vais développer mes investigations à la fois sur le terrain symphonique aussi bien que sur celui de l’opéra. Mes modèles de chef? Si je regarde loin derrière moi, je dirais Toscanini. Parce que chacune de ses phrases musicales semble sortir d’un unique noyau. Et je citerais aussi Carlos Kleiber, qui a gravé des versions inégalées de La Traviata ou du Rosenkavalier, pour ne citer que deux exemples.»

Périple américain

Dans un pays, le Venezuela, où le programme pédagogique et social «El Systema» a forgé ces dernières années de nouvelles figures de la direction – celle de Gustavo Dudamel étant la plus éclatante –, Ilyich Rivas incarne une exception frôlant l’anomalie. A l’âge d’un an, il a suivi ses parents aux Etats-Unis, dans un périple qui a touché l’Ohio, le Colorado, puis Washington DC. Sa vocation n’est pas née sur les bancs d’école d’un conservatoire, mais en accompagnant tout petit un père qui se rendait aux cours de directions. Aujourd’hui, les rôles se sont inversés, le géniteur est devenu un coach précieux. «Lui, il peut m’adresser des remarques parfois dures, sans détour et sans airbag.» Le jeune chef grandit ainsi. Et il faudra retenir son nom, qui promet de raisonner avec force.

Concert de l’An des Amis de l’OSR, Ilyich Rivas (dir.), Alisa Weilerstein (violoncelle), Victoria Hall, ce soir à 20h. Rens. www.osr.ch

Créé: 13.01.2016, 09h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.