Passer au contenu principal

Ilyich Rivas, chef qui a de qui tenir, se lance à Genève

Etoile montante, le jeune Vénézuélien prolonge une vocation familiale et fait ses débuts à la tête de l’OSR. Rencontre

Ilyich Rivas, s’est façonné un menu musical à son image et à ses goûts: russe et juvénile
Ilyich Rivas, s’est façonné un menu musical à son image et à ses goûts: russe et juvénile
STEEVE IUNCKER

Dans le village perché quelque part sur les flancs des montagnes du Venezuela, une étiquette accompagne depuis longtemps déjà le nom de cette ancienne famille: «los musicos», les musiciens. De génération en génération, les Rivas potassent jour et nuit notes et partitions, ont l’amour de la direction, si bien qu’on les croirait nés avec une baguette entre les doigts. De l’arrière-grand-père, qui dirigeait la fanfare du coin, au grand-père amateur d’art chorale, du père chef d’orchestre jusqu’au dernier de la dynastie, Ilyich Rivas, qui inscrit ses foulées dans les traces du géniteur. La vocation de la lignée se confirme donc.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.