Passer au contenu principal

Dans les jardins de Crissier, le blues pique-nique

Les tronches du Mississippi rencontrent ce week-end les freaks européens du blues pas propre. Idéal.

Si les dieux de la pluie et du bon goût existent, ils lâcheront la grappe au Blues Rules. Il le mérite. Vendredi, la meilleure bastringue musicale dans un océan de festivals standardisés de la merguez au chapeau de Charlie Winston lance sa huitième édition dans les jardins du château de Crissier. Un cadre idéal pour la nature familiale et conviviale du Blues Rules, copié sur les «garden festivals» du Mississippi. Là-bas, des musiciens noirs et blancs, parfois barbus, souvent chenus, quittent le porche de leur maison pour, le dimanche, dérouler les mêmes accords dans les jardins d’amis et de parents. On croirait un cliché, mais les convives de Crissier semblent droit sortis d’un film des frères Coen.

Cette année, les «puristes» du Mississippi se nomment Mark Muleman Massey, Ms Nickki et Robert & Cameron Kimbrough. Ces derniers sont respectivement le fils et le petit-fils de Junior Kimbrough, cador blues mort en 1998, révéré par Bono, Iggy Pop et les Black Keys. Autour d’eux, les Américains de Reverend Peyton’s Big Damn Band au son «20’s», Crushed Out, Son Of Dave, autant de gangs authentiques à découvrir yeux fermés et oreilles ouvertes. Et aussi The Hillbilly Moon Explosion, The Marshals, Sergi Estella, Ronan One Man Band, Duck Duck Grey Duck… Tous sur l’herbe!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.