Le Jval égrène l’histoire du rock

FestivalDu blues aux rythmes electros, le festival niché dans les vignes de Begnins propose un voyage musical intimiste jusqu’à samedi.

Les trois soirées du Jval Open air bénéficient d’un cadre unique situé dans les jardins et terrasses d’un domaine viticole.

Les trois soirées du Jval Open air bénéficient d’un cadre unique situé dans les jardins et terrasses d’un domaine viticole. Image: LÉONARD FISCH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Jval Openair, qui se tient de jeudi à samedi à Begnins, c’est d’abord un lieu. Les jardins et les terrasses d’un domaine viticole de La Côte, Serreaux-Dessus, perchés sur un coteau dominant le lac Léman. Un cadre et un décor intimiste, permettant d’accueillir quelque 750 spectateurs par soir, qui vaut à lui seul le déplacement. De la musique, ensuite, et pas n’importe laquelle. Une scène rock qui laisse une place généreuse aux groupes locaux et suisses émergents, avec quelques têtes d’affiche européennes. Et pour cette 14e édition, des DJ issus du monde associatif, soit les collectifs La Main Mise, Hapax 21 et Cause, qui viendront à nouveau mixer son et vidéo pour permettre aux festivaliers de danser jusque tard dans la nuit.

En trois soirs et dix concerts, le festival se propose de dérouler l’histoire du rock. La programmatrice Maï Kolly, aux commandes depuis l’an dernier, a en effet saisi les opportunités qui se présentaient pour concocter des soirées chapitrées par styles. La première fera la part belle aux origines avec en ouverture le blues roots folky de The Two, un duo nourri au blues du bayou, aux accents créoles. Le Suisse Thierry Jaccard et le Mauricien Yannick Nanette ont sorti ce printemps «CrossedSouls», enregistré en live au Studio du Flon à Lausanne. Puis Duck Duck Grey Duck apportera une touche vintage avec son surf-rock survitaminé. Ce trio, qui a sorti un double album, «Traffic Jam», allie groove, pop et rock. Enfin, une star montante, le nonchalant Fil Bo Riva et sa voix de crooner, auteur-compositeur autodidacte d’origine italienne, terminera cette première soirée.

Vendredi, place à un rock plus abrasif, avec en ouverture, la Chaux-de-Fonnière Emilie Zoé, qui hante depuis l’âge de 16 ans les milieux rock lausannois. L’auteure-compositrice-interprète exprime en anglais des textes d’une sensualité brute. Déjà sur la scène de Begnins en 2014, le duo Peter Kernel, formé par le guitariste tessinois Aris Bassetti et la bassiste canadienne Barbara Lehnhoff, issus de la scène musicale expérimentale, revient avec un quatrième album sous le bras. Bercé par les icônes folks tels que Bob Dylan ou Jackson C. Frank, le philosophe-chanteur londonien L.A. Salami s’est forgé une identité propre et forte avec des mélodies entraînantes. Son blues-rock-folk apportera la touche finale à cette deuxième soirée.

Stars locales et françaises

Samedi, enfin, les dérivés electros et hip-hop prendront le relais, avec d’abord le rappeur, pianiste et chanteur nyonnais Fabe Gryphin, suivi de la pop française des Concrete Knives, dont l’énergie punk est teintée d’influences world asiatiques et africaines. Le bouquet final est réservé à Bagarre, cinq anciens clubbers parisiens qui mettront le feu à la scène avec leurs textes engagés et leur electro dansante. Après le cochon à la broche, en 2017, c’est du bœuf, entre autres produits du terroir, que les festivaliers pourront déguster cette année entre deux concerts. Les cuisiniers de SENS Foodculture l’auront cuit pendant dix heures sous la terre du domaine!

Begnins, domaine de Serreaux-Dessus Du je 30 août au sa 1er sept. (dès 18h) www.jval.ch (24 heures)

Créé: 31.08.2018, 15h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.