Passer au contenu principal

Kendrick Lamar récidive avec un coup double

«Damn.», nouvel album du rapper, ne fait pas oublier son «To Pimp A Butterfly», mais zigzague entre orthodoxie de la rue et expérimentations pop

Difficile de savoir si, comme le voudrait une légende urbaine, le nouvel album de Kendrick Lamar, Damn., sera bientôt suivi par une deuxième production titrée Nation… Outre le jeu entre «nation damnée» et «damnation», le fait démontrerait la prolixité exponentielle du nouveau wonder kid du rap américain qui, depuis son éclatant To Pimp A Butterfly de 2015, marche sur les eaux très concurrentielles du hip-hop américain.

Le petit gars de Compton, cité du sud de Los Angeles à l’hérédité lourde en tant que bastion des précurseurs de N.W.A. (Dr. Dre, Ice Cube, etc.), a en tout cas mis fin à ses libations jazzy sur les vagues du saxophoniste Kamasi Washington. La tradition afro-américaine n’est toutefois pas absente de ce Damn. qui tâte pourtant plus souvent de la pop que de la soul. Si Kendrick Lamar semble s’être un peu bridé, du moins dans l’entame de ces 14 pistes, c’est pour réaffirmer sa capacité à frapper vite et fort dès DNA., rappelant de manière assez tordue sa dette au bitume – «born inside the beast» et «sex, money, murder», y crache-t-il avec la frénésie d’une gouape.

Mais personne n’est dupe. Si le rapper montre qu’il peut soigner ses biceps de petit dur, de nombreux autres titres font les yeux doux à un public beaucoup moins hardcore. Sans surprise, l’omniprésente Rihanna s’invite sur un Loyalty ralenti et tressé d’effets. Plus inattendu, le parachutage de U2 et la voix de Bono sur XXX prouve l’empire du rapper sur le showbiz actuel… Louvoyant entre des pôles contraires, Kendrick Lamar ménage de multiples courants sur ce Damn. où chacun ira puiser à sa guise.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.