Lausanne met «Le chanteur de Mexico» à la sauce piquante

CritiqueEmilio Sagi fait de l’œuvre de Francis Lopez une pièce montée des grands jours.

José Luis Sola incarne le rôle titre du «Chanteur de Mexico».

José Luis Sola incarne le rôle titre du «Chanteur de Mexico». Image: Alan Humerose

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n’est pas tous les jours que le héros d’un spectacle lyrique peut se permettre de faire chanter son refrain favori au public en s’abstenant de chanter, comme dans les grands concerts de pop. Depuis vendredi à l’Opéra de Lausanne, José Luis Sola n’a qu’un signe à faire pour que la salle entonne le «Mexiiiiico» débridé qui fit jadis la célébrité de Luis Mariano. Au pied d’un sombrero géant débordant de fleurs et de fruits multicolores, le ténor fait trépigner de plaisir les inconditionnels ou les nouveaux convertis aux sucreries raffinées de Francis Lopez. Après La Belle de Cadix proposée pour la Route lyrique 2016, l’Opéra de Lausanne est passé à la vitesse supérieure en remontant Le Chanteur de Mexico, son plus gros triomphe.

Bien qu’entrée dans l’inconscient collectif à travers le spectacle (1951) et le film (1956), l’opérette était passée de mode, souffrant souvent de reprises indignes. Le renouveau a été marqué par la production du Châtelet à Paris (2006) dans une vision rococo signée Emilio Sagi et Daniel Blanco. C’est cette version, entièrement reconstruite et remaniée dans les dialogues, qui revit jusqu’au 31 décembre.

Orchestration généreuse des mélodies entêtantes déroulée par le Sinfonietta de Lausanne et Cyril Diederich, mise en abyme du metteur en scène qui déplace l’intrigue sur le plateau du tournage de l’opérette en film, galerie d’acteurs-chanteurs pétulants, à commencer par l’impayable Rossy dePalma, débauche de costumes et de décors grand-guignolesques: tout contribue à l’allumage d’une bombe kitsch et loufoque.

Évidemment, José Luis Sola n’a ni le charisme, ni l’éclat, ni le coffre de Luis Mariano, mais cette reprise ne se veut nullement un hommage au mythique ténor. En s’émancipant d’une référence inimitable, il offre aussi la chance à de nouvelles surprises, comme l’air Maïtechu entièrement en basque, ou un Acapulco en apesanteur.

Lausanne, Opéra Rens.: 021 315 40 20 www.opera-lausanne.ch Me 27 (19 h), je 28 (19 h), ve 29 (19 h), di 31 (19 h)

Créé: 26.12.2017, 17h22

Articles en relation

«Le Chanteur de Mexico» ne se prépare pas à la légère

Spectacle de fin d'année A l’Opéra de Lausanne, Emilio Sagi redonne lustre et folie à l’opérette de Francis Lopez. En soignant tous les détails. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...