Passer au contenu principal

LP, l’elfe hirsute à la voix venue d’ailleurs

La minuscule chanteuse a ensorcelé le Zermatt Unplugged avant son passage à Thônex dimanche 9 avril puis au Montreux Jazz.

Laura Pergolizzi alias LP lors de son concert à Zermatt mercredi soir.
Laura Pergolizzi alias LP lors de son concert à Zermatt mercredi soir.
Rob Lewis Photography

Mercredi soir, la tente de la scène The Alex (1000 personnes) du Festival acoustique au pied du Cervin abritait un véritable melting pot. Les fans de Laura Pergolizzi, alias LP, qui cartonne sur les ondes avec son single Lost on You étaient venus de loin. Comme ces deux copines débarquées de Pologne ou cette Berlinoise d’adoption aux pieds douloureux après avoir arpenté les sentiers de la station.

L’artiste américaine a aussi avoué avoir profité de l’invitation pour jouer à la touriste, postant sur son compte Instagram aussi bien des vidéos flatteuses de terrasses à la vue imprenable que d’autres, un poil moqueuse de la décoration kitchissimement désuette de son hôtel.

Place à la musique sur le coup de 23 heures. La minuscule elfe aux boucles hirsutes se présente sur scène en manteau, bandana et chemise à carreaux. Avec son navire tatoué sur le torse, elle ressemble à un aventurier, voir à un cow-boy avec ses bottes en daim, ses tics masculins et ses grosses bagues. Et soudain, venue de nulle part, cette voix incroyable, rauque à souhait quand elle le désire, cristalline quand elle s’envole dans les aigus pour livrer des interprétations nouvelles des chansons de son album Lost on You, dont une version deluxe avec quatre nouveaux morceaux - dont le pointu Switchblade - est prévue le mois prochain.

Une voix puissante

Entourée de trois musiciens plutôt discrets, elle enchaîne ses compositions très personnelles plus souvent accompagnées d’un instrument à sa taille: le yukulele. En osmose avec un public déjà conquis, ou alors ravi de cette découverte, elle joue de la proximité, empruntant des portables pour se filmer, posant pour des selfies tout en poursuivant des vocalises que le commun des mortels aurait de la peine à égaler en restant immobile. Sa voix si puissante l’oblige souvent à chanter de profil, le micro éloigné de cette bouche qui produit tant de sons différents (dont pas mal de sifflements stridents!) Les singles se succèdent, comme le léger Tightrope ou le vindicatif Other People. Les nouveautés aussi ont fait mouche, comme Old Days aux nostalgiques sonorités rétro. Lost on You arrive logiquement à la fin, toujours aussi efficace avec son refrain entêtant que le public - “je suis enchantée de voir autant d’hommes dans la salle ce soir, c’est rare et chouette à la fois! - se fait une joie de chanter seul.

A 35 ans, cette compositrice douée (qui a surtout connu ses heures de gloire jusqu’ici en écrivant pour d’autres comme Cristina Aguilera ou encore One Direction), prouve lors de cette tournée européenne - qui passe par Thônex ce dimanche 9 avril - qu’elle n’a vraiment pas besoin de se “cacher” derrière d’autres. Sur scène, elle est vraiment tout sauf petite. A voir aussi sur la scènes du Jazz Lab le 6 juillet à l’occasion du Montreux Jazz Festival.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.