Max Emanuel Cencic rend l’opera seria désirable et troublant

Classique«Siroe» de Hasse revit pour deux soirs à l’Opéra de Lausanne. Feu d’artifice vocal au service d’un théâtre des passions.

Roxana Constantinescu chante Emira, amante de Siroe.

Roxana Constantinescu chante Emira, amante de Siroe. Image: Guillaume L'Hote

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Airs étirés à l’infini, roucoulades pour gosiers agiles, intrigue passablement tarabiscotée et moralisatrice autour d’une lutte de pouvoir à la cour du roi de Perse, compositeur pour le moins oublié: l’exhumation de Siroe (1763), de Johann Adolf Hasse cumule a priori tous les poncifs de l’opera seria. Et pourtant, si le triomphe de mercredi à l’Opéra de Lausanne de la production de Max Emanuel Cencic était prévisible, il a pulvérisé toute attente.

Le contre-ténor croate revient chaque année à Lausanne avec un opéra baroque en version de concert, mais il propose ici une solution ingénieuse avec l’orchestre à l’arrière-plan (Armonia Atenea, fabuleux de souplesse et d’aplomb sous le geste de George Petrou), des projections vidéo fascinantes en fond de scène, qui dessinent un palais des mille et une nuits aux tons chatoyants, et une distribution de six solistes fabuleux qu’il met personnellement en scène. Un travail d’orfèvre.

Confusion des genres

Concentré de voix stratosphériques, Siroe séduit par la virtuosité débridée des vocalises (la palme revenant à Julia Lezhneva), mais installe aussi un imbroglio troublant de confusion des genres (tous les rôles masculins ont des voix haut perchées, certains sont joués par des femmes et une femme se fait passer pour un homme!). Que ce catalogue de bassesses pour conquérir le trône débouche in fine sur la prise de pouvoir d’un homme pur, ramenant sérénité et raison à la tête de l’état, ajoute encore un piment actuel à cette fable ironique.

Lausanne, Opéra, vendredi 11 novembre (20 h) www.opera-lausanne (24 heures)

Créé: 10.11.2016, 16h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...