Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Michel Fau: «J’aime la tragédie et la parodie»

Michel Fau devant le décor de «La belle Hélène», signé Emmanuel Charles.

«Hélène me plaît car c’est une reine tragique qui rêve de devenir une bourgeoise décadente, une cocotte du XIXe. L’inverse de toutes les héroïnes lyriques.»

Peut-on dire que «La belle Hélène» réunit tout ce que vous adorez à l’opéra?

Que vous soyez cantatrice dans votre «Récital emphatique», ou Ménélas, vos spectacles tendent à vous mettre en scène. Indispensable?

Le décor mélange la Grèce antique et les boulevards haussmanniens. Où situez-vous l’intrigue?

On vous décrit souvent comme un régisseur très méticuleux. Comment passer du sérieux au délire?

Le réalisme, ce n’est pas trop votre tasse de thé, n’est-ce pas?