Michel Portal se balade dans l’espace et le temps

En invitant le clarinettiste de jazz, le Quatuor Sine Nomine dégage l’horizon musical.

Baojan Z, piano, et Michel Portal, clarinette basse, vendredi à la salle Paderwski de Lausanne

Baojan Z, piano, et Michel Portal, clarinette basse, vendredi à la salle Paderwski de Lausanne Image: Anne-Laure Lechat

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le festival Sine Nomine est sorti de ses gonds. La première soirée à la salle Paderewski de Lausanne vendredi était emblématique de la programmation, invitant des musiciens inconnus dans la région ou provenant d’autres univers que la musique classique. Le Quatuor Sine Nomine ouvrait son concert dans l’Op. 44, No 1 de Mendelssohn, propos dense, foisonnant, riche en mélodies ciselées, mais somme toute assez sérieux. L’arrivée de Sofja Gülbadamova dans le rarissime Quatuor No 2 de Dvorák apporte un premier débordement d’intensité. La jeune pianiste russe entraîne ses confrères suisses dans un tourbillon quasi symphonique. En bis, François Gottraux, 2e violon, rejoint les musiciens sur scène pour la dumka du Quintette du même Dvorák, dont ils livrent une vision habitée et éthérée.

Difficile après une telle quintessence miraculeuse de retrouver cette grâce. Le concert de Michel Portal et Bojan Z qui suivait a d’ailleurs assez mal commencé, le clarinettiste français souffrant d’une grippe qui, manifestement, perturbait ses sensations. Il a fallu toute la folie fracassante du pianiste serbe et l’accueil chaleureux du public lausannois pour détendre l’octogénaire bougon. Qui, du coup, a enchaîné les thèmes tel un vagabond glanant les souvenirs de ses voyages, de ses musiques de films (Max mon amour!) et même de ses vies antérieures (le Paris des années 50). La complicité inventive des deux avaleurs de notes se construit dans ce zigzag étourdissant, laissant peu de place à la tendresse. Sauf, et c’était là l’autre miracle de la soirée, dans l’hommage déchirant de Portal à Astor Piazzolla interprété au bandonéon (Loving, extrait de 5 Tango Sensations).

Créé: 11.06.2017, 19h42

Articles en relation

Michel Portal plane toujours entre jazz et classique

Le clarinettiste est l’un des invités phares du Festival Sine Nomine, entre autres surprises qui font déborder le quatuor à cordes. Entretien avec un vagabond des notes. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...