Multiple, Sébastien Dutrieux se royaume dans «Histoire du soldat»

ClassiqueLe récitant belge se plaît dans la pièce de Ramuz et Stravinski. A la fois soldat, lecteur et diable.

L'acteur Sébastien Dutrieux en proie à ses doubles, dans «Histoire du soldat» de Ramuz et Stravinski relu par La Fura dels Baus.

L'acteur Sébastien Dutrieux en proie à ses doubles, dans «Histoire du soldat» de Ramuz et Stravinski relu par La Fura dels Baus. Image: Stofleth, Opéra de Lyon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Opéra de Lausanne célèbre le centenaire d’une création lausannoise, «Histoire du soldat», en affirmant haut et fort sa brûlante actualité. La compagnie catalane La Fura dels Baus s’empare ainsi du fameux conte valdo-russe de Ramuz et Stravinski, faisant de Joseph Dupraz un GI américain brisé par la guerre d’Irak. Particularité de la scénographie, le diable, le soldat et le lecteur fusionnent en un personnage, incarné par le Belge Sébastien Dutrieux. Rencontre.

Aviez-vous déjà interprété le conte de Ramuz et Stravinski?
Non, mais je connaissais l’œuvre. Après avoir incarné Frère Dominique dans «Jeanne au bûcher», de Honegger, à Francfort, dans la mise en scène de La Fura dels Baus, Àlex Ollé m’a proposé l’«Histoire du soldat». Il avait déjà prévu de confier les trois rôles à un seul acteur incarnant un soldat contemporain en proie à des hallucinations. Pour échapper au côté naïf du conte et montrer qu’un siècle après, on en sait davantage sur la barbarie humaine; le diable est en nous, à cause de la guerre.

Comment cela se traduit-il en scène?
On sait que le diable n’existe pas. Pour qu’on le voie, il faut un esprit fracassé. C’est comme si tout se passait dans la tête du soldat, qui revient de la guerre en état de détresse et de perdition. J’incarne l’identité du soldat, alors que son corps gît dans un lit d’hôpital avec un masque de mon visage. À un moment, le lecteur incite le soldat à jouer aux cartes contre le diable, là c’est mon image animée qui s’exprime. Quant au diable, il prend l’apparence d’un golden-boy ou d’un méchant médecin qui attise la souffrance du soldat par des remèdes inefficaces.

Ce ne sont pas des changements mineurs!
Ils sont là pour assurer la cohérence avec la dramaturgie. Le texte de Ramuz a des aspects très concrets, ancrés dans la réalité, sans fioritures, que nous conservons intacts. On entend toujours ce côté obsessionnel des mots qui reviennent en spirale. Et la musique de Stravinski a aussi cet esprit tranché, incisif, contradictoire.

Comment avez-vous travaillé pour faire vivre ces voix opposées?
Il y a eu de longs préparatifs, avec trois sessions d’une semaine à Barcelone, pendant lesquelles nous avons tourné les scènes filmées, puis pendant les trois semaines qui ont précédé les représentations de Lyon. Le texte définitif s’est petit à petit construit en cours de route, en me laissant le temps d’expérimenter, de chercher différents types de voix, de trouver le rythme du spectacle et le ton juste. Mais Àlex Ollé est très attentif et généreux dans cette phase de recherche et il a toujours une idée très précise de ce qu’il veut obtenir. Le spectacle s’est fait dès le début avec un grand respect et une sympathie pour l’œuvre de Ramuz et Stravinski.

Vous vous frottez de plus en plus aux créations classiques. Quelle est votre formation en la matière?
Je ne suis pas du tout musicien, mais j’ai une sensibilité musicale, j’aime partager la scène avec des orchestres, des chanteurs. Depuis dix ans, je me suis spécialisé dans les rôles parlés dans les opéras comme «Béatrice et Bénédicte» de Berlioz, «L’enlèvement au sérail» de Mozart, les oratorios de Honegger, «Babar» de Poulenc. On finit par avoir un répertoire, ce qui n’existe pas au théâtre. Je fais aussi de la mise en scène d’opéras. Le prochain sera «Don Carlos», de Verdi, en décembre, à Vienne.


Lausanne, Opéra Ve 28 sept. (20 h), sa 29 (15 h et 18 h), di 30 (11 h et 15 h) www.opera-lausanne.ch

Créé: 27.09.2018, 09h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.