Comment les musiciens finlandais séduisent

ClassiqueLa Finlande a misé très tôt sur l'excellence de l'enseignement musical. Depuis l'époque de Sibelius, les chefs d'orchestre et les compositeurs cartonnent.

Sauli Zinovjev, né en 1988, et diplômé de l'Académie Sibelius d'Helsinki, émerge en ce moment hors des frontières finlandaises. L'OCL lui a commandé «Un grande sospir»o, dont il assurera la création suisse les 11 et 12 décembre.

Sauli Zinovjev, né en 1988, et diplômé de l'Académie Sibelius d'Helsinki, émerge en ce moment hors des frontières finlandaises. L'OCL lui a commandé «Un grande sospir»o, dont il assurera la création suisse les 11 et 12 décembre. Image: Otto Virtanen

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cet article a déjà paru le 31 août dernier dans le supplément sur la saison 2019-2020 de l'Orchestre de Chambre de Lausanne.

Mais comment font les Finlandais pour produire autant de musiciens classiques de premier plan? Et parmi lesquels se distinguent en particulier les compositeurs et les chefs d’orchestre. Sur la scène actuelle, on pense immédiatement aux chefs Esa-Pekka Salonen, Leif Segerstam (tous deux aussi compositeurs), Jukka-Pekka Saraste et Hannu Lintu, habitués de l’OCL, Susanna Mälkki, Mikko Frank, le pédagogue Jorma Panula qui a formé deux générations de chefs d’orchestre... Et du côté des compositeurs contemporains, citons Magnus Lindberg, Kaija Saariaho, Einojuhani Rautavaara,et la liste pourrait encore s’allonger.

Tous ont un point commun: ils ont étudié à l’Académie Sibelius d’Helsinki. Jean Sibelius (1865-1957), figure tutélaire de la culture musicale en Finlande, aura peut-être fait de l’ombre aux compositeurs de la même génération, mais déjà de son vivant, le vivier musical était riche et varié. Et avec le recul, on a plutôt l’impression que son aura a conféré une image d’originalité, d’indépendance et de confiance dans les ressources musicales d’un pays d’à peine 5 millions et demi d’habitants, qui compte une trentaine d’orchestres professionnels. Mais l’Académie Sibelius ne fait pas à elle seule la réussite étonnante du succès musical finlandais. Comme cela a déjà été maintes fois évoqué, le modèle scolaire qui fait caracoler la Finlande en tête des classements européens (les fameuses études PISA) mise beaucoup sur le développement artistique des enfants, et sur la musique en particulier. Einojuhani Rautavaara le confiait dans un article du «New York Times» en 2000, «la musique est très respectée en Finlande. Même les politiciens la respectent ici».

Fort soutien des pouvoirs publics

Cette mission nationale autour de la culture daterait de l’époque où la Finlande n’existait pas en tant que pays et souffrait des velléités hégémoniques concurrentes de la Suède et de la Russie. Avec l’indépendance politique acquise en 1917, le pays a beaucoup investi dans la formation de professeurs de musique. Dès l’âge de 7 ans, les élèves apprennent à écrire et à lire la musique, la théorie et l’histoire musicale, en parallèle à l’apprentissage d’un instrument. Car la pédagogie développée s’intéresse avant tout à la pratique musicale. Chaque école a sa chorale. Et le réseau des écoles de musique est très dense à travers tout le pays. Ce soutien sans faille des pouvoirs publics, l’éducation poussée et le goût naturellement mélomane des Finlandais portent manifestement leurs fruits dans une nouvelle génération très talentueuse. Sans volonté particulière de mettre en avant ce pays, la saison de l’OCL invite quelques figures montantes de la filière finlandaise.

Parmi les trois jeunes chefs invités, commençons par Dalia Stasevska, qui vient d’être nommée principale cheffe invitée par le BBC Symphony Orchestra. C’est la plus jeune – et la première femme – à recevoir ce titre dans un orchestre londonien. La Finlandaise, née en Ukraine en 1984, propose deux œuvres de compositeurs de son pays, un «Epitaph for Béla Bartók» de Rautavaara et la musique de scène «Kuolema» de Sibelius, où figure sa célèbre «Valse triste» (24 mai). Plus jeune d’un an, Santtu-Matias Rouvali surprend aussi par la précocité de son ascension. Avec sa crinière frisée et sa légèreté bondissante, l’elfe finlandais séduit tous azimuts. Depuis 2017, le percussionniste de formation assure la direction musicale de l’Orchestre symphonique de Göteborg. Et en 2021, il remplacera Esa-Pekka Salonen à la tête du Philarmonia Orchestra de Londres. Sa deuxième invitation à l’OCL pour deux concerts à Lausanne et Genève est une aubaine.

Autre prodige encore plus précoce, Klaus Mäkelä, né en 1996, a été nommé, en l’espace d’un an, artiste associé du Tapiola Sinfonietta, directeur artistique du Festival de musique de Turku, principal chef invité de l’Orchestre symphonique de la radio suédoise, et directeur musical de l’Orchestre philharmonique d’Oslo à compter de la saison 2020-2021. Il est aussi premier chef invité à l’Orchestre de la Radio bavaroise. On imagine qu’avec l’emploi du temps qu’ils auront, il sera de plus en plus difficile de faire revenir ces chefs sous nos latitudes. Klaus Mäkelä apporte dans ses bagages les 11 et 12 décembre une pièce de son compatriote Sauli Zinovjev, né en 1988. Co-commande du Tapiola Sinfonietta, du Kymi Sinfonietta et de l’OCL, «Un grande sospiro» porte sur la partition une reproduction du «Cri» d’Edvard Munch. Sur son site internet, on apprend que jusqu’à l’âge de 16 ans, Sauli Zinovjev «jouait de la guitare dans un groupe de rock et faisait du skate board». Un clip en ligne du pianiste György Cziffra dans Liszt lui fait découvrir la puissance de la musique classique dont il a aussitôt fait son vecteur de communication.

Créé: 09.12.2019, 14h07

Infos pratiques

Les concerts finlandais

Lausanne, salle Métropole
Me 11 et je 12 décembre (20 h)
Me 18 décembre (20 h)
Di 24 mai 2020 (11h15)
www.ocl.ch

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.