Passer au contenu principal

Les musiciens de l’OCL prennent l’air

Des membres de l’orchestre offrent des concerts aux EMS, en attendant la saison prochaine.

Vendredi 24 avril, Solange Joggi et Anna Göckel enchantaient l'EMS les Driades à Yverdon-les-Bains
Vendredi 24 avril, Solange Joggi et Anna Göckel enchantaient l'EMS les Driades à Yverdon-les-Bains
Odile Meylan

Depuis la mi-mars, les musiciens de l’OCL ne jouent plus ensemble; ils sont au chômage technique forcé et rongent leur frein, en espérant que la prochaine saison puisse être présentée dans des bonnes conditions (lire encadré). Mais ils ne sont pas inactifs pour autant, chacun de leur côté ou réunis virtuellement. Les vidéos déjà postées sur la page Facebook de l’orchestre montrent bien cette impatience à partager la musique, et la liste n’est pas encore épuisée! Toutefois, la démangeaison de rejouer en direct est encore plus forte chez certains, qui offrent depuis Pâques des concerts en petite formation dans les jardins des EMS. Il s’agit en l’occurrence aussi d’une belle histoire de famille.

Solange Joggi est violoniste au sein de l’OCL depuis 4 ans. Elle a eu un déclic en voyant une vidéo en ligne d’une prof de gymnastique qui donnait sa leçon dans la cour d’un EMS et les résidents s’exerçaient au balcon. «On voit partout ces élans de solidarité et j’avais envie aussi d’y participer. Je me suis dit qu’on pourrait faire la même chose en musique, sans risque de contamination. Or le même jour, ma cousine Anne, qui est directrice d’EMS, m’appelle et m’invite à jouer dans ses établissements. L’idée était vraiment dans l’air!» La Lausannoise se trouve être proche voisine de son collègue Daniel Mitninsky, violoncelliste, et de sa compagne Anna Göckel, violoniste et altiste française indépendante. Déjà rapprochés par le confinement, les trois musiciens étaient prêts à se lancer dans cette démarche et mettent sur pied un programme éclectique fait de pièces en solo, duo, trio, et même quatuor depuis vendredi à Yverdon-les-Bains et l’ajout du violoniste Olivier Blache. «La musique retrouve ici son premier but d’apporter légèreté et profondeur en même temps, se réjouit Solange Joggi. Et c’est donnant-donnant.»

Des lieux de vie

Le premier concert en plein air s’est déroulé Vendredi-Saint en deux parties sur les deux sites que J3C Group exploite à Lussy-sur-Morges, un home et des appartements protégés. «Avec Solange, nous avons de beaux souvenirs ici, détaille Anne Joggi. Notre grand-mère y est décédée il y a deux ans.» Pour cette directrice générale qui gère plusieurs structures à Lussy, Renens et Yverdon-les-Bains, le défi était de pouvoir apporter à nouveau de la joie à ses résidents: «Depuis la fin du mois de février, tous nos sites vivent un confinement sévère, avec les mesures renforcées de désinfection, l’étalement des services de repas, la suppression des visites des familles et de toutes les activités impliquant des externes. C’est un gros stress pour les personnes âgées. La fonction de lieu de vie est importante, il ne faut pas l’oublier.» Après cette première expérience réussie, d’autres concerts sont déjà en préparation, dont ceux du Quatuor Eden, formé par les flûtistes Jean-Luc Sperrissen et Anne Moreau Zardini, de l’OCL, et leurs amis Jaermann.

Solange et ses collègues ont insisté pour ne pas être payés dans un esprit de bénévolat lié à cette période très particulière. «Pour nous, ça allait de soi dans la mesure où notre salaire à l’orchestre est assuré, précise la violoniste. Nous n’aimerions cependant pas donner l’impression de concurrencer des musiciens free lance qui n’ont plus de revenus.» Sa cousine avait d’ailleurs insisté pour les défrayer et elle est prête à engager d’autres musiciens sur base contractuelle.

La solution est d’ailleurs sur le point de naître, à l’initiative de Pascal Viglino, percussionniste indépendant qui lance dès le 1er mai une plateforme ad hoc pour réunir des clients et des musiciens, intitulée évidemment «dansl’jardin» (www.danslejardin.ch): «On offre bien des fleurs, alors pourquoi pas des concerts dans le jardin des institutions ou de nos amis?» lance le musicien valaisan. Dans sa formule, les clients auront la surprise de quels musiciens vont venir et ce qu’ils joueront. Une sorte de pêche musicale miraculeuse, qui pourrait s’étoffer avec d’autres arts, si ça mord.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.