Passer au contenu principal

Les musiciens suisses qui rayonnent sont à Pully

De vendredi à dimanche, le Week-End Musical bouillonne de projets stimulants.

Davide Bandieri, clarinettiste, et Guillaume Hersperger, pianiste, en quête de l’esprit du Groupe des Six.
Davide Bandieri, clarinettiste, et Guillaume Hersperger, pianiste, en quête de l’esprit du Groupe des Six.
MEHDI BENKLER

Quel chemin parcouru depuis 2013! Le Week-End Musical de Pully, émanation, à l’origine, des enseignants de l’École de musique de Pully, visait à promouvoir les jeunes instrumentistes à travers des concerts gratuits. Si la manifestation n’a pas tardé à s’émanciper sous la houlette du pianiste Guillaume Hersperger, les fondements du projet initial restent identiques. Après six éditions, le rendez-vous printanier de 2019, du 3 au 5 mai, brasse les styles musicaux avec nonchalance, convoque une centaine de musiciens de tous âges et attend 3000 amateurs de musique sur ses cinq scènes intérieures et extérieures. Sans avoir renoncé à la gratuité! «Cette année, nous avons diminué le nombre de concerts principaux pour être plus confortables dans les durées, détaille Guillaume Hersperger, mais nous développons les scènes extérieures, dont une nouvelle sur l’Esplanade du Prieuré.»

«Nous avons diminué le nombre de concerts principaux pour être plus confortables dans les durées. Mais nous développons les scènes extérieures»

Le Week-End Musical de Pully offre surtout de belles cartes blanches à des musiciens suisses, leur proposant souvent plusieurs terrains de jeu: récital, master class, crossover. C’est le cas cette année du violoncelliste Lionel Cottet, météore à l’OCL qui a gagné ses galons de soliste au sein de l’Orchestre de la Radio bavaroise, à Munich. Il ouvre le festival en duo avec le pianiste Jorge Viladoms (voir la vidéo ci-dessous), il s’égaie samedi avec trois autres violoncellistes pour un tutti frutti de Monteverdi à Carlos Gardel et vient donner un cours public le dimanche matin. Elle aussi conviée à donner une master class samedi, la pianiste valaisanne Béatrice Berrut plonge dans Mahler, Wagner et Liszt pour le récital de clôture de dimanche. Quant à la mezzo-soprano Marina Viotti, elle vernira dimanche après-midi son nouveau projet hybride, «Melankhôlìa: In Darkness Through The Light» (lire encadré).

Ce qui frappe aussi à Pully, c’est ce kaléidoscope de formules variées qui métamorphosent le concert classique. Frederic Bager donne un récital de piano solo aux chandelles vendredi; Gilles Apap improvise avec les 40 élèves qu’il aura formés au cours de trois journées d’immersion, avant d’être rejoint par Baiju Bhatt et ses Gypsy Jazz Sessions; Benjamin Cuche met en scène un spectacle musical pour tout-petits; Felix Frosch­hammer concocte sa «Revue de cuisine», et les professeurs de l’École de musique étoffent le chef-d’œuvre humoristique de Saint-Saëns en donnant «Le carnavaux des animals»!

Le pianiste et professeur de piano a toujours tendance à se cacher derrière les autres, détestant tirer la couverture à lui. Guillaume Hersperger souligne à raison les talents multiples de son équipe de l’association Applause et l’engagement de bénévoles très motivés, principalement de jeunes musiciens. Mais son projet personnel de redonner vie à «L’esprit des Six» avec le clarinettiste Davide Bandieri et des lectures de textes de Raymond Radiguet augure aussi de très espiègles (re)découvertes.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.