Passer au contenu principal

De la musique, coûte que coûte

Privé de scène, le monde de la musique ouvre des brèches sur nos écrans et invente d’autres interactions avec le public. Ça se passe en ce moment, et ça change tous les jours.

L’orchestre du Colorado, une des nombreuses formations digitales à offrir «L’ode à la joie» de Beethoven.
L’orchestre du Colorado, une des nombreuses formations digitales à offrir «L’ode à la joie» de Beethoven.

«Pour moi, c’est viscéral. J’aime le contact avec les gens. Me priver de scène, c’est plus que me priver de dessert, c’est carrément me priver de repas. Ça me tord le cul.»

Phanee de Pool a pour habitude de dire les choses comme elle les sent, et elle n’est pas vraiment portée sur la tiédeur. Peu avant la parution de son deuxième album, elle a dû, comme tant d’autres, faire une croix sur un agenda plein de rendez-vous, de rencontres et d’émotions partagées. Et puis, à force de tourner en rond dans son appartement, forcée d’en explorer les moindres centimètres carrés, elle a fini par y trouver une nouvelle fenêtre à travers laquelle elle prend l’air régulièrement.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.