Des «Noces de Figaro» décoiffantes qui visent le choc esthétique

Musique classiqueProduction pêchue de l’opéra de Mozart par les talents des Hautes Ecoles de Musique

Répétitions des «Noces de Figaro» au Flon

Répétitions des «Noces de Figaro» au Flon Image: Olivier Wavre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chaque année, la HEMU de Lausanne et la HEM-Genève s’associent pour monter une production lyrique et permettre à leurs étudiants instrumentistes et chanteurs de vivre l’expérience de la scène et de la fosse dans des conditions professionnelles. Cette fois, les écoles investissent le BCV Concert Hall, au Flon, puis le Théâtre du Crochetan, à Monthey, pour un drôle de mariage. «Les noces de Figaro» de Mozart y sont montées par Lorenzo Malaguerra et Philippe Soltermann, avec une double distribution très investie de chanteurs des Hautes Écoles de musique de Suisse romande. L’Orchestre de la HEMU est, lui, dirigé par Leonardo García Alarcón.

«Quoi de plus enthousiasmant que de mettre en scène «Les noces de Figaro» avec une équipe de jeunes chanteurs qui rend justice à la jeunesse et à la générosité de Mozart?, jubile Lorenzo Malaguerra. Mettre en scène, c’est avant tout accompagner des chanteurs dans le plaisir du jeu et dans le courage de l’émotion. «Les noces» constituent sans doute le meilleur terrain de jeu possible pour aller aux limites des capacités d’acteurs de ces jeunes artistes.» Ils ont imaginé un décor unique très ludique avec une cinquantaine de matelas pneumatiques et des costumes… à fleur de peau. «Durant cette folle journée, les tensions érotiques sont à leur comble, poursuit Lorenzo Malaguerra, même si, entre le comte et Suzanne, on n’est pas très loin d’un harcèlement très contemporain.»

Et c’est dans cette visée de choc esthétique que Lorenzo Malaguerra et Philippe Soltermann ont fait le choix de Supermafia, des plasticiens qui ont «habillé» jusqu’ici des groupes de musique bien éloignés de l’opéra, comme Kadebostany, et qui aiment brouiller la perception du spectateur à travers leurs effets vidéo. «Leur approche ne cherche pas à surligner un propos ou à dégager du sens, mais agit plutôt sur l’émotion et le dépaysement. Pour «Les noces», nous allons nous attacher à dramatiser les corps, à rendre les visages très expressifs, à travailler sur le jeu des ombres et des silhouettes. L’utilisation de la vidéo – non pour projeter des images figuratives mais pour créer de la lumière en mouvement – sera centrale dans ce contexte.» (24 heures)

Créé: 12.09.2018, 13h50

Les dates

Lausanne:

BCV Concert Hall
Mercredi 12 et jeudi 13 septembre (19h)
Renseignements: www.starticket.ch

Monthey:
Crochetan
Vendredi 14 septembre (19h) et samedi 15 (17h)
Renseignements: www.crochetan.ch

Articles en relation

Les trois temps inconstants de Figaro

Opéra Décevante dans son premier volet, la trilogie du Grand Théâtre se relève avec deux sursauts. Plus...

«Ils jouent Mozart sur des instruments délabrés»

Récit Francine Humbert-Droz, archetière à Lausanne, a passé une semaine en février à réparer les archets des musiciens de l’Orchestre de chambre de La Havane. Plus...

1766: les Mozart à déjeuner

250 ans dans la vie des Vaudois Le génie a 10 ans, lorsqu’il donne deux concerts impromptus à La Palud Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...