Passer au contenu principal

Une nouvelle vie musicale prend forme à l’abbaye de Bonmont

Directeur du Menuhin Festival Gstaad, Christoph Müller inscrit dans les lieux une saison de haut vol.

L’abbaye cistercienne de Bonmont, bâtie au XIe siècle
L’abbaye cistercienne de Bonmont, bâtie au XIe siècle
DR

C’est une histoire musicale qui débute par une mise en bouche alléchante et se poursuit par un véritable feu d’artifice. En invitant entre ses murs le pianiste Bruno Canino et le violoniste Fabrizio Von Arx, le 3 mai prochain, puis, deux jours plus tard, le contre-ténor Philippe Jaroussky, l’abbaye de Bonmont se donne une nouvelle identité artistique, en orientant vers le haut son offre musicale et en se plaçant du coup sur la carte des lieux qui comptent dans le domaine classique. Le virage est aussi surprenant qu’inattendu: jusque-là, le joyau cistercien avait certes accueilli, avec une régularité toute relative, des concerts de musique classique. Mais son affiche n’avait jamais atteint les dimensions dont il est question aujourd’hui.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.