Passer au contenu principal

Les Passions de l’Ame font des witz

L’ensemble baroque bernois joue dimanche à Lausanne le programme humoristique de son dernier disque.

Les Passions de l'Ame, ensemble baroque bernois fondé par Meret Lüthi
Les Passions de l'Ame, ensemble baroque bernois fondé par Meret Lüthi
DR

Parmi les trésors de la musique descriptive et imitative, Battalia de Heinrich Ignaz Franz Biber est un incontournable qui figure dans quantité d’anthologies des pièces pittoresques baroques. La suite du compositeur autrichien ne se contente pas seulement de représenter le choc des armées, les roulements de tambour, les coups de canons, les plaintes des soldats blessés, il met en scène la pagaille des champs de bataille avec force dissonances et effets de surprises divertissantes. C’est en suivant ce filon humoristique que l’ensemble Les Passions de l’Ame a conçu son nouvel album (distribué par Deutsche Harmonia Mundi). Meret Lüthi, fondatrice de la formation bernoise, avait à vrai dire l’embarras du choix dans tout le répertoire du XVIIe siècle de suites et de ballets dont les cours germaniques étaient friandes. «L’humour est le meilleur élixir de vie, basé sur une recette éternelle et en tous les cas biodégradable», glisse avec malice la violoniste virtuose. Intitulé «Schabernack» – mot allemand qui signifie farce, plaisanterie, blague — le programme réunit une jolie collection de pièces spirituelles, puisées chez les compositeurs autrichiens et allemands. On y croise, outre les belligérants cocasses de la bataille de Biber, Les combattants de Johann Joseph Fux, des danses folles inspirées de la commedia dell’arte (mattacina, saltarella, scaramuccia) de Johann Heinrich Schmelzer et tout plein de chants d’oiseaux, coucous en tête, signés Fux, Schmelzer ou Walther. Pour restituer avec le plus de relief les contrastes exigés par ces partitions, Les Passions de l’Ame ont enrichi leurs cordes frottées et pincées d’un orgue et d’un copieux attirail de percussions. A découvrir en disque et de plein fouet ce dimanche 18 dans le cadre des concerts de Saint-François à Lausanne.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.