Passer au contenu principal

Avec Renaud Capuçon, les Lausanne Soloists mettent les étudiants de la HEMU sur orbite

Le violoniste dirigera de son archet un nouvel ensemble à cordes à vocation internationale.

Hervé Klopfenstein, directeur général de la HEMU, et Renaud Capuçon, violoniste et futur directeur artistique des Lausanne Soloists.
Hervé Klopfenstein, directeur général de la HEMU, et Renaud Capuçon, violoniste et futur directeur artistique des Lausanne Soloists.
Florian Cela

Vous ne connaissez pas les Lausanne Soloists? C’est normal. Le nom de cette nouvelle formation musicale a été dévoilé hier à la Haute École de musique de Lausanne (HEMU), mais il semblerait que plusieurs villes en France et en Suisse l’aient déjà engagée pour un programme Bach-Tchaïkovski en février 2019, alors qu’elle n’existe pourtant que sur le papier! Cela se comprend mieux quand on sait que Renaud Capuçon en sera le directeur musical et artistique.

Les Lausanne Soloists n’ont cependant pas pour ambition «d’encombrer l’offre de concerts» déjà copieuse de la région lausannoise, comme l’affirme le violoniste d’entrée de jeu. Cet ensemble à cordes est destiné avant tout à offrir un outil de perfectionnement et d’insertion professionnelle aux étudiants et anciens étudiants de la HEMU, ainsi qu’à faire connaître loin à la ronde l’excellence de la formation dispensée à Lausanne. «Jouer ensemble résout souvent les problèmes de tension et de stress. C’est une forme d’enseignement sans paroles offrant aussi aux jeunes une expérience de scène très formatrice.» Renaud Capuçon parle en connaissance de cause. Il se souvient avoir vécu lui-même ce bénéfice libérateur, en étant dans sa jeunesse violon solo du Mahler Chamber Orchestra sous la conduite peu bavarde de Claudio Abbado: «Il nous apprenait d’abord à écouter les autres et à nous donner confiance.»

Le violoniste vedette, qui enseigne depuis l’automne 2014 à la HEMU, insiste sur la composante pédagogique essentielle de son nouveau bébé: «Les Lausanne Soloists s’inscrivent de manière très organique dans mon engagement à transmettre mon expérience et dans mon implication au sein de l’institution lausannoise. J’ai appris de mes professeurs – et en particulier de Veda Reynolds – à construire ma propre sonorité. Avec les Lausanne Soloists, nous aurons cette même ambition. Ce sera un travail de quatuor à cordes élargi, dans l’esprit des Adolf Busch Players de jadis.»

Pratiquement, Renaud Capuçon sélectionnera des élèves de sa classe et des autres classes de violon, mais aussi d’alto, de violoncelle et de contrebasse avec les autres professeurs concernés. Ils seront sélectionnés en priorité dans la filière des masters de solistes et l’ensemble sera enrichi par l’engagement temporaire d’anciens étudiants de la HEMU, pour des questions de stabilité et de qualité.

Les Lausanne Soloists fonctionneront essentiellement sur deux sessions annuelles à raison de tournées d’une dizaine de jours chacune, en février et durant les festivals d’été. Le règlement en préparation prévoit que les étudiants seront «rémunérés» par des crédits ECTS validés dans leur cursus pour la session de février et par un salaire normal d’artiste en été.

Directeur général de la HEMU, Hervé Klopfenstein est évidemment ravi de la naissance de cette entité qui s’inscrit idéalement dans sa vision d’une école ouverte. «C’est le fruit de huit ans de travail pour faire de la Haute École de musique une institution qui intervient dans l’espace public, fait tout pour que ses étudiants se produisent sur scène et apprennent à se nourrir de ces expériences. Quand on joue aux côtés de Renaud Capuçon, on apprend par capillarité. Je suis aussi fier que les premiers projets des Lausanne Soloists en février 2019 puissent démarrer financièrement de manière autoportante.» Ce sont en effet les fonds privés réunis par la Fondation culturelle HEMU-CL qui permettent ce lancement. Un budget annuel n’est pas articulé puisque chaque projet de tournée fera l’objet d’un financement spécifique. Ce qui n’exclut donc pas un soutien futur des pouvoirs publics.

Les représentants de la Ville de Lausanne et du Canton de Vaud présents lors de la cérémonie de baptême saluent le bien-fondé de cette initiative et confirment ne pas être des partenaires constitutifs des Lausanne Soloists. «La Ville se réjouit que son nom soit associé à Renaud Capuçon, reconnaît Yann Riou, adjoint de Michael Kinzer au Service de la culture. Nous suivrons avec attention son évolution, mais il n’y a pas de soutien automatique et celui-ci devrait de toute manière correspondre à une demande.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.