Passer au contenu principal

Rock Oz’ a remporté ses paris et voit l’avenir d’un bon œil

Les arènes ont accueilli 36 000 personnes de mercredi à dimanche. Une affluence plus élevée que ces deux dernières années, malgré les doutes quant à l'orientation artistique à venir.

Les arènes d’Avenches tout en lumières dimanche pour la dernière soirée du festival.
Les arènes d’Avenches tout en lumières dimanche pour la dernière soirée du festival.
FRANÇOIS MELILLO

«Le festival a osé apporter de la nouveauté. Et c’est un succès.» Charlotte Carrel l’annonce comme un soulagement. Lors de la conférence de presse de clôture, dimanche aux arènes d’Avenches, pendant le concert d’Alan Stivell sur la Grande Scène, la directrice de Rock Oz’, entourée de sa garde romaine, longue robe noire et chapeau assortis à l’esprit celtique de la soirée, est fière de pouvoir dresser un bilan positif. Car cette 28e édition, qui s’est tenue de mercredi à dimanche, aura été celle de tous les défis artistiques.

Deux soirées entièrement electro, un dimanche rajouté au programme et placé sous le signe de la musique celtique: voilà comment Rock Oz’ Arènes a voulu répondre à l’offre pléthorique de festivals dans la région. Concurrence qui a notamment fragilisé la manifestation d’Avenches ces dernières années et fait baisser sa fréquentation de 15% depuis 2016.

Le festival a donc choisi de prendre des risques pour espérer tirer son épingle du jeu et continuer à exister. À en croire l’affluence de cette édition, 36 000 festivaliers, soit une hausse par rapport à 2017 (33 000) et 2018 (31 000), bien lui en a pris. Un chiffre à mettre toutefois en perspective des cinq soirs de cette édition, lorsque les deux dernières éditions ne comptaient, elles, que quatre soirées. Mais le budget, à hauteur de 3,5 millions de francs, est resté le même que l’année passée. Sur le plan financier, les comptes de Rock Oz’Arènes «devraient arriver à l’équilibre», selon sa directrice, qui ajoute qu’aucun incident n’est à déplorer.

Tendance electro et techno

Lorsqu’il reste rock, Rock Oz’ continue à faire le plein. La soirée d’ouverture, mercredi, avec le groupe légendaire Scorpions, a vendu 8000 tickets et affiché complet. «Une prestation formidable qui restera dans les annales», selon les organisateurs. Mais le festival persiste: Au vu de l’état actuel du marché de la musique rock, en plein recul ces cinq dernières années, il faut une programmation éclectique pour remplir cinq soirs d’un événement comme celui-ci.

Si la soirée francophone de jeudi, avec Christophe Maé et Bénabar, a rempli toutes ses promesses, Charlotte Carrel note toutefois une légère déception quant à l’affluence du samedi. Intitulée Techn Oz’Arènes, cette nouvelle soirée était censée renforcer l’offre de musiques électroniques du festival suite au succès ces dernières années d’Electr Oz’Arènes, qui a, elle, trouvé à nouveau son public vendredi.

«Nous avions conscience que nous ne ferions pas sold-out avec cette soirée techno, assume la directrice. C’était une expérience à tenter.» Selon Charlotte Carrel, le festival n’aurait pas réussi à dégoter les têtes d’affiche espérées. Ce qui expliquerait le manque d’affluence. «C’est un bon début, cela répond à une tendance musicale que nous avons envie de continuer à explorer à l’avenir.»

La prochaine dans les arènes?

Une chose est sûre, Electr Oz’Arènes et Techn Oz’Arènes seront à nouveau au programme de la 29e édition du festival, annoncée du 12 au 16 août 2020. Si l’on sait que Rock Oz’ aura bien lieu, impossible encore d’affirmer qu’il se tiendra dans les fameuses arènes d’Avenches. Mal en point, affaiblies par les années, ces dernières vont subir d’importants travaux très prochainement. «Si le site venait à être fermé durant le mois d’août, il y aura un plan B», affirme la directrice de 53 ans. Sans en dévoiler davantage.

Le festival a d’ailleurs dû réagir à de nouvelles directives tardives sur le réaménagement des arènes en pleins préparatifs. L’équipe d’infrastructure a en effet dû déplacer la Grande Scène et supprimer le bar des artistes. «Une pression humaine et financière supplémentaire pour le festival», déplore la directrice.

Quant à son éventuel départ de la manifestation, annoncé dans les médias la semaine passée, Charlotte Carrel a souhaité garder le silence, ajoutant tout de même que «tout a été dit. Rock Oz’Arènes, ce n’est pas Charlotte Carrel, c’est une équipe, avec 700 bénévoles. Et avec ou sans moi, Rock Oz’Arènes vivra.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.