Passer au contenu principal

Au top de la chanson retouchée

Auréolée de French Touch, un album de reprises très preneuses, Carla Bruni Sarkozy, muse rock’n’roll, vient promener sa classe musicienne en concert à Lausanne. Toujours très première dame.

Capricieuse, Carla Bruni? «Je ne pense pas être étonnamment crimi­nelle. Ce qui devient difficile d’ailleurs, tout est interdit désormais, fumer une clope, manger de la vian­de, n’importe quel truc jadis anodin!» Cinquante ans taille fillette, la brune a gardé ses manières et ses formes de mannequin déluré. Comme ces tops décomplexés qui, dans les coulisses des défilés, baladent leur élégance à moitié nue, le bigoudi si chic. Et de donner du «ma beauté» à l’assistant, d’envoyer valdinguer le protocole, de proposer de se mettre à poil puisqu’il fait si chaud dans ce studio de la RTS. Et la belle de rigoler, habituée à se transplanter sur n’importe quel terrain, politique, artistique, diplomatique, gracieuse en toutes circonstances.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.