Passer au contenu principal

Trois festivals vaudois ont allumé les derniers feux de l’été ce week-end

Nox Orae à La Tour-de-Peilz, Electrosanne à Lausanne et le JVAL de Begnins sont tous satisfaits de leur édition.

Wayne Coyne des Flaming Lips sur sa licorne arc-en-ciel, vendredi soir pendant la 10e édition de Nox Orae à La Tour-de-Peilz.
Wayne Coyne des Flaming Lips sur sa licorne arc-en-ciel, vendredi soir pendant la 10e édition de Nox Orae à La Tour-de-Peilz.
GABRIEL MONNET

Il y avait beaucoup de monde sur la corde à linge du calendrier des festivals vaudois ce week-end… Electrosanne renaissait de ses cendres à Lausanne, quatre ans après sa disparition, tandis que deux manifestations spécialisées dans le rock, Nox Orae à Vevey et le JVAL de Begnins, débouchaient une cuvée anniversaire, avec respectivement 10 et 15 ans d’activisme. Après des discussions sur l’éventualité de décaler leurs dates, les deux «rockers» avaient finalement préféré concourir sur la même fin de semaine et ce pari semble leur avoir réussi, ne serait-ce que par les conditions météo.

Le plus petit (et le plus suisse) des deux, un JVAL passé de 3 à 4 soirées, annonçait ainsi une fréquentation globale de 2000 festivaliers, avec un complet (750 entrées) le samedi avec une soirée originale à la tendance afro-rock. «Une édition musicalement intense avec un public qui a répondu présent», assure Nicolas Jones de la communication. Jeudi, le groupe Corbal est arrivé sur scène avec le trompettiste Erik Truffaz et le «!!!» ont livré une prestation chauffée à blanc.

Lèvres brûlantes et psychés

Du côté de La Tour-de-Peilz, Nox Orae arrive très légèrement deçà de ses espérances mais, avec une fréquentation de 3400 festivaliers sur trois jours (un soir de plus que d’habitude), le festival, qui devait encore finaliser dimanche le décompte de ses bars, demeurait optimiste dans la foulée d’une édition festive, marquée par le show de The Flaming Lips, tout en ballons et confettis multicolores, avec un Wayne Coyne, leader du groupe, fendant la foule sur une licorne. Un vendredi pas très loin du complet, mais le samedi eût pu mieux faire avec Spiritualized, des Psychotic Monks très en verve et un DJ set furieux d’Anton Newcombe.

Du côté des troupes électroniques d’Electrosanne, installées à l’Arsenic pour leur grand retour sur une nouvelle formule indoor, le bilan d’une édition qui pariait sur les découvertes – à part l’ouverture par Floating Points qui avait clôturé la dernière édition en 2015 – s’avérait bon avec 4000 festivaliers ayant répondu présent sur trois soirées et un dimanche après-midi (avec formule brunch). Les organisateurs en espéraient là encore un petit peu plus mais le come-back est réussi pour ce festival dont la disparition avait chagriné beaucoup de ses fans et qui devrait donc poursuivre sa route en restant dans les murs accueillant de l’Arsenic.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.