Le Verbier Festival, versant photo

Beau livreLa parution du livre célébrant le 25e anniversaire révèle surtout un trésor photographique. Décodage avec Nicolas Brodard, l’un des deux photographes officiels.

Moment fort du 25e anniversaire du Verbier Festival, avec le concert dirigé par Simon Rattle, en remplacement d'Ivan Fischer. Cette photo figure dans le livre de souvenir du festival.

Moment fort du 25e anniversaire du Verbier Festival, avec le concert dirigé par Simon Rattle, en remplacement d'Ivan Fischer. Cette photo figure dans le livre de souvenir du festival. Image: Aline Paley

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comme tout ce que Martin Engstroem réalise, le livre du 25e anniversaire du Verbier Festival ne passe pas inaperçu. C’est grand, c’est épais, c’est du lourd! À parcourir cet album souvenir imaginé par le fondateur du festival et rédigé par Julian Sykes, on réalise surtout la richesse iconographique accumulée par la manifestation. Grâce à l’engagement dès 1994 de photographes émérites, on peut suivre à la trace les artistes les plus réputés du quart de siècle écoulé. Et l’émergence d’une jeune génération de musiciens éclatants.

Deux noms réapparaissent derrière les clichés récents: Aline Paley et Nicolas Brodard, respectivement 11 et 10 ans de fidélité. Aline Paley a aussi fait le travail d’agrégation du matériel ancien et numérisé les photos argentiques. Nicolas Brodard est resté plus à distance du projet éditorial, étant pris par d’autres mandats (dont un encours sur Alain Berset); il pose un regard lucide sur son métier. «Cet été, j’ai vécu une 25e édition très agréable. C’était une édition anniversaire pour moi aussi, après 10 ans.» Il faut dire que Verbier agit pour lui comme un marqueur temporel. «Quand j’y retourne, je retrouve la montagne, les gens, et j’ai le sentiment qu’un an a passé.»

Trois semaines intenses, tous les jours sur le front, de 9 heures du matin à passé minuit: «Avec Aline, on commence par éplucher l’agenda de toutes les activités et se répartir les tâches: ça nous prend une journée. En plus des masters classes, des répétitions, des activités découvertes et des concerts, il y a les portraits sur commande, les imprévus, et il faut trier et éditer pour que les images soient disponibles rapidement. À deux, nous devons bien avoir sélectionné 30'000 images.» Le Fribourgeois reconnaît que cet engagement professionnel se colore d’un aspect affectif. «Le job est épuisant, mais j’adore le faire; j’ai une relation presque amoureuse avec le festival.»

L’histoire d’amour n’empêche cependant pas les remises en question. Nicolas Brodard a vécu à fond le potentiel du numérique, permettant de prendre des clichés sans bruit dans la salle. Dans la quête de la «meilleure image», les photographes ont documenté systématiquement chaque artiste de chaque concert. «À force de côtoyer les Capuçon, les Kissin, les Maisky, on anticipe leurs élans qui mènent au paroxysme et, au final, on fait presque les mêmes photos d’une année à l’autre.» D’où la décision, souhaitée par Martin Engstroem et testée cet été, d’abandonner l’exhaustivité et prendre du temps en coulisses pour capter des moments imprévisibles. «Ce retour au backstage est aussi un retour aux sources d’avant le numérique, mais avec une nouvelle sensibilité. Il y a encore à explorer en photo sur le concert classique.»

(24 heures)

Créé: 19.12.2018, 18h04

Articles en relation

Verbier Festival, le cap conquérant

Classique L’affiche de l’édition 2019 consolide les acquis. Des mutations s’amorcent pour l’avenir. Plus...

Comment Verbier transmute ses imprévus en concerts d’or

Classique L’édition 2018 a connu beaucoup d’annulations, mais grâce au réseau de Martin Engstroem, les remplacements époustouflent. Jeudi, trois chefs ont remplacé Iván Fischer, dont Simon Rattle. Plus...

Verbier a replongé avec insouciance dans 25 ans de souvenirs

Classique Le festival a célébré en légèreté son anniversaire en compagnie de dizaines de stars qui ont marqué son histoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.