Passer au contenu principal

«Une vie sans la mort, vous imaginez?»

A 60 ans, Catherine Ringer vit au présent sans (trop) s’encombrer du passé.

– Le vôtre non plus? Vous venez de fêter vos 60 ans et regrettez dans «Senior», la première chanson du disque, que «le temps s’accélère».

– Composer un disque ne vous renvoie pas au souvenir des Rita Mitsouko?

– Les choses étaient plus «cadrées» avec Fred?

– Cette liberté de ton qui fait votre disque était déjà la marque de fabrique des Rita Mitsouko, loin de toute standardisation.

– Pensez-vous qu’il reste quelque chose de cette époque pour un groupe qui débute? Ou était-ce un tout autre monde?

– Comment avez-vous vécu à l’époque ce rapport à l’argent?

– L’argent a pu servir à imposer l’image des Rita, au travers de clips restés célèbres?

– Que vous inspire l’affaire Weinstein, et la parole libérée sur les réseaux sociaux?

– Votre couple a-t-il pu imposer un premier exemple de parité dans la variété française?