Avec les Zamis, l’OSR se met à la portée des jeunes

ClassiqueDepuis 2001, le club permet aux mélomanes en herbe d’assister aux concerts de l’orchestre à moindre coût

L’Orchestre de la Suisse romande, ici en concert au Victoria Hall lors de la Fête de la musique, se livre aux jeunes par le biais des Zamis.

L’Orchestre de la Suisse romande, ici en concert au Victoria Hall lors de la Fête de la musique, se livre aux jeunes par le biais des Zamis. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Entre ses doigts, il fait défiler des bouts de papiers où sont notés des noms, des numéros de téléphone, des requêtes de billets pour tel ou tel autre concert de l’Orchestre de la Suisse romande. Tout son système, artisanal et aux airs si fragiles, réside là, en toute simplicité.

Et cela amuse l’intéressé, André Piguet, qui décrit ce procédé d’un ton enjoué. Ancien instituteur à la retraite, vice-président des Amis de l’OSR, ce personnage à la bonhomie contagieuse est à l’origine d’une opération qui n’a cessé de prendre de l’ampleur à travers les saisons: celle liée à la naissance du club des Zamis de l’OSR.

Qu’est-ce donc? «Un cercle de jeunes mélomanes, détaille son fondateur. Ils ont moins de 25 ans et, moyennant une cotisation de vingt-cinq francs par an, ils ont accès aux billets invendus de toutes les séries de l’orchestre, sauf la «Prélude» et la «Symphonie». Sur ces bouts de papiers que je tiens entre les mains, il y a précisément les requêtes de billets adressées par les jeunes membres du club. Tout se fait de manière informelle: un coup de téléphone de leur part et, quant à moi, je note et je fais mette de côté les billets.»

Un outil simple et tout à fait avantageux, dont le but principal est celui d’établir à moindre coût un contact solide entre enfants et adolescents avec le monde du classique.

Suivre les répétitions

«J’ai commencé à «vendre» de la musique au sein des élèves lorsque j’étais instituteur, se rappelle, amusé, André Piguet. J’ai toujours voulu transmettre ma passion auprès des jeunes. En fondant le club des Zamis, j’ai prolongé cette vocation et j’ai comblé aussi une sorte de manque. Car chaque année, plus de 20 000 élèves du canton entrent en contact avec ce domaine musical, à travers des programmes pédagogiques. Mais par la suite, rien n’est prévu pour garder vive la flamme auprès de ceux qui, conquis par l’aventure, veulent continuer à suivre les activités de l’OSR.»

Le club compte aujourd’hui 1500 adhérents à qui il est offert un panel de dix concerts sur lesquels exercer leur droit de réservation sur les billets invendus. Mais il y a davantage. Chaque saison, l’OSR édite un disque qui leur est spécialement destiné. On y retrouve les œuvres jouées dans la série «Préludes», spécialement conçue pour le public le plus jeune.

Enfin, le club permet d’ouvrir quelques portes et de s’approcher un peu plus des musiciens. Comment? «Avec un système de parrainage qui lie certains membres de l’orchestre et les jeunes mélomanes. Cela permet de suivre les répétitions de l’orchestre, d’avoir des discussions sur les œuvres jouées ou sur les instruments. Depuis la création des Zamis, il y a eu entre 500 et 600 parrainages, note André Piguet. C’est l’aspect le plus marquant, celui qui m’enthousiasme le plus dans cette aventure.»

Les Zamis de l’ORS, infos: amisosr.ch/zamis

Créé: 13.10.2015, 08h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.