Les Zoocrates mixent les sons

Opéra jeune publicThierry Besançon s’associe au sound designer Nicolas Descloux pour augmenter l’orchestre de cette création.

Thierry Besançon (compositeur) et Nicolas Descloux (sound designer) signent la partition musicale des «Zoocrates» à l'Opéra de Lausanne.

Thierry Besançon (compositeur) et Nicolas Descloux (sound designer) signent la partition musicale des «Zoocrates» à l'Opéra de Lausanne. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Attention! Quand on dit que nous utilisons de la musique électronique pour cet opéra, ça ne veut pas dire qu’il y aura de la techno. On est plutôt dans un esprit de dessin animé comme L’âge de glace.» L’avertissement de Thierry Besançon est important car le terme de musique électronique est un grand fourre-tout. D’ailleurs, les spectateurs jeunes et moins jeunes qui viendront découvrir dès vendredi Les Zoocrates, loufoquerie animalière et opératique à l’Opéra de Lausanne seront peut-être surpris par le côté extrêmement discret des effets électroniques du spectacle réalisés par le sound designer Nicolas Descloux. Et c’est parfaitement volontaire. «C’est même mieux si on ne s’en rend pas compte, affirme le compositeur vaudois. Car nous visons à l’intégration des sons artificiels dans l’orchestre, comme une nouvelle section de celui-ci.»

Installé au balcon de l’Opéra à côté de l’imposant équipement informatique de Nicolas Descloux, Thierry Besançon ouvre la partition manuscrite des Zoocrates où la partie électronique est entièrement écrite sous les lignes consacrées aux chanteurs et à l’orchestre. «La composition m’a pris environ un an, détaille le musicien, et cela fait un an que je travaille avec Nicolas sur la plastique sonore. Nous sommes en train de finaliser le mixage en temps réel avec l’orchestre.»

Quelque 200 pistes électroniques

Lundi soir avait lieu en effet la dernière répétition avant la générale, où les derniers réglages des quelque 200 pistes électroniques pouvaient être opérés, spécialement pour ne pas couvrir les solistes. Les sons sont diffusés dans la salle depuis la façade et le fond de scène. Explication de Nicolas Descloux: «En créant un léger décalage entre les haut-parleurs du fond puis ceux de la façade, on trompe l’oreille, et cela donne l’impression que le son vient de partout.»

Dans la fosse où l’OCL a pris place, le chef Andreï Feher est directement connecté à la partie informatique par une oreillette qui lui donne le tempo. Car l’orchestre doit suivre à la microseconde le rythme des sons artificiels – «c’est un sacré défi, avouera le chef à l’issue de la répétition, mais je commence à y trouver une certaine liberté».

Illusion acoustique totale

Dès que la musique surgit, l’illusion acoustique est totale: à part les bruits ouvertement artificiels comme un rugissement de lion, un coup de fusil, un effet mystérieux ou drolatique de réverbération, il est presque impossible de distinguer les sons réels des sons artificiels. D’autant plus que Nicolas Descloux et Thierry Besançon s‘amusent à brouiller les pistes. Si tel solo de saxophone est entièrement produit par synthèse sonore, cet écho de violon flottant dans le lointain provient d’un véritable violon préenregistré dans le studio de Nicolas Descloux et enrobé d’un halo électronique. Le percussionniste de l’OCL a fort à faire, mais ce n'est pas lui qui joue des bongos, des congas, de l’udu, de l’octoban, de la calebasse ou du balafon.

Les deux experts en bidouillages homme-machine n’en sont pas à leurs premiers essais. Ils ont déjà commis deux créations avec des ensembles d’harmonie dans A l’horizon de Janus et Mécamorphose, ou pour reproduire les effets électroacoustiques des musiques de films avec l’Orchestre Bande-Son que dirige Thierry Besançon. Mais ils n’avaient jamais poussé si loin la richesse des couleurs électroniques et la complexité rythmique. «Au final, nous cherchons à créer une ambiance différente de la vie réelle et même de celle d’un concert normal, suggère l’informaticien, et faire ressortir la poésie grâce à la technologie.»

L’inspiration vient directement de Hollywood, qui a expérimenté cet alliage en studio. Thierry Besançon cite Jerry Goldsmith et son chef-d’œuvre «somptueux» de Star Trek Nemesis. Les Zoocrates peuplent un univers plus léger voire désopilant. Mais finalement, qui imite qui: les animaux singeant les hommes, ou plutôt les machines? (24 heures)

Créé: 26.04.2017, 22h31

La Manufacture se mesure enfin à l’Opéra

C’est une des grandes lignes de force d’Eric Vigié. Depuis sa première saison en 2005, le directeur de l’Opéra de Lausanne a toujours réservé une production annuelle pour le jeune public. Et toujours avec des jeunes musiciens sur scène et dans la fosse. Mais c’est la première fois qu’il confie la mise en scène aux étudiants avancés de La Manufacture.

La 4e volée du Master Théâtre de la Haute Ecole des arts de la scène réunit six participants qui tous ont planché sur «Les Zoocrates». Mais c’est finalement Pierre Lepori, critique averti de la scène lyrique, et François Renou, baryton-basse, qui signent la mise en scène. «Nous nous sommes vite rendu compte qu’il était nécessaire de savoir lire la musique, explique Pierre Lepori, ancien clarinettiste. Deux autres étudiants sont présents sur le plateau pour régler les mouvements et la danse.»

Encadrés par les professeurs de la Manufacture, les apprentis metteurs en scène ont légèrement décalé le propos initial imaginé par Öers Kisfaludy et Thierry Besançon. «Plutôt que d’illustrer au premier degré l’histoire de ces animaux élisant leur roi, nous avons placé l’intrigue dans un musée à l’abandon. Des personnages mystérieux y pénètrent et, comme des enfants, font semblant de jouer des animaux. Pour le décor, nous nous sommes inspirés du film «Une nuit au musée», et le musée de Rumine nous a prêté une vingtaine de bêtes de leur exposition!»

Infos pratiques

Lausanne, Opéra
Du ve 28 avril au ve 5 mai
Rens.: 021 315 40 20
www.opera-lausanne.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...