Avec Myriam Kridi à sa tête, la Cité va encore «s’éclater»

NominationL’ex-programmatrice du théâtre de l’Usine à Genève reprend les rênes du festival suite au départ de Michael Kinzer. Rencontre.

Myriam Kridi, ancienne programmatrice du théâtre de l'Usine à Genève.

Myriam Kridi, ancienne programmatrice du théâtre de l'Usine à Genève. Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La fête est à peine terminée que la prochaine s’esquisse déjà. Hier, suite à l’annonce de sa nomination à la tête du Festival de la Cité, Myriam Kridi évoquait déjà l’avenir de la manifestation dans le jardin ombragé du Petit Théâtre, sous le regard de la cathédrale de Lausanne. Le temps de croiser une équipe tout sourire – Michael Kinzer, directeur sortant, n’est pas le moins radieux après une 44e?édition close dimanche sur une note ensoleillée continue – et la nouvelle directrice s’attable pour présenter le projet qui l’a emporté devant le conseil de fondation.

«J’avais envie de sortir des théâtres», avance celle qui a programmé celui de l’Usine à Genève pendant un double mandat de six ans, de 2008 à 2014 et œuvre pour la danse, chez Gilles Jobin notamment. Son souhait se marie éminemment bien avec le cadre à ciel ouvert de la Cité. «Je trouvais excitant, complète-t-elle, de me retrouver hors les murs, mais ancré dans la ville, pour aller à la rencontre d’un public différent, très large, et non pas seulement celui d’un réseau averti.» L’inscription dans un espace urbain à partager a été l’une des lignes-forces de sa conception du festival.

En ce sens, elle n’entend pas revenir, même quand le chantier de la Salle Perregaux sera achevé, à une manifestation délimitée par le centre historique de Lausanne. Contrainte de la construction ou non, le Festival continuera donc à «s’éclater» sur un territoire urbain plus vaste. «Pour moi, la Cité, c’est toute la ville, mais j’aimerais mettre en place plusieurs pôles – quatre probablement, sur la colonne vertébrale du M2 – qui fonctionneraient comme plusieurs lieux centraux, où il serait possible de voir des spectacles et boire des verres.»

Quand Myriam Kridi lance le mot «convivialité», ce n’est pas à la légère, elle y a réfléchi. «Cela ne s’arrête pas à un accueil agréable. La convivialité est un vrai projet, avec une dimension citoyenne, politique, qu’il s’agit de réinventer en suscitant des échanges réciproques entre les différents groupes qui composent la société.» Voilà pour l’idée générale, la directrice n’en dira pour l’instant pas plus, attendant de voir quels seront les moyens pour servir ses idées.

Du côté du menu, celle qui cumulera les fonctions de directrice artistique et administrative n’entend pas modifier l’identité de la manifestation. «Le festival se situe entre saltimbanque et contemporain: je vais conserver cette spécificité qui le rend différent de tous les autres. Son ouverture transdisciplinaire est aussi très libre. Sans oublier son inscription dans un cadre urbain qui permet à ses spectacles d’échapper à la standardisation des salles du monde entier.»

Jeune mère d’un bébé de trois mois, la Genevoise va bientôt déménager à Lausanne. «Certains m’ont dit: tu vas quitter une grande ville pour Lausanne? Mais oui, car elle est beaucoup plus dynamique et fait des choix politiques clairs – voir la rénovation de l’Arsenic ou la nomination de Baudriller à Vidy, là où Genève est trop souvent ultraconventionnelle.» Il va en effet falloir déménager…

Créé: 14.07.2015, 11h04

Articles en relation

Le Festival de la Cité se plaît hors les murs

Lausanne Plus que jamais disséminés sur plusieurs sites, les spectacles du rendez-vous lausannois ont fait la part belle aux découvertes hors des sentiers battus. Plus...

Le Festival de la Cité a pris son envol

Lausanne Pour sa 2e édition excentrée, l’événement cher aux Lausannois a en partie réinvesti le centre historique de la ville. Plus...

La Cité refait le match avec Massimo Furlan

Festival Ce soir à la Pontaise, le performeur rejoue – seul! – la finale de la Coupe de Suisse 1981, qui avait vu la victoire du LS. Interview Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...