Passer au contenu principal

Naomi Middelmann conquiert la lumière

Des créations de bonne facture mais pas trop inédites. Jusqu’à ce début janvier et son post sur Instagram.

Naomi Middelmann utilise spray et peinture acrylique permanente sur du plexi.
Naomi Middelmann utilise spray et peinture acrylique permanente sur du plexi.
VANESSA CARDOSO/24heures

Comme ne le dit pas l’adage, c’est en «artisant» que l’on devient artiste! C’est vrai pour la Lausannoise Naomi Middelmann (1973) dont je suivais le travail d’un œil distrait. Des créations de bonne facture mais pas trop inédites. Jusqu’à ce début janvier et son post sur Instagram. C’est la révélation: le support 2D de ses juxtapositions abstraites est abandonné pour une structure plexi et en volume. Avec ses «Champs narratifs», elle décompose les couches qu’auparavant elle entassait sur papier ou toile. On est dans la transparence, la fraîcheur, la lumière: «Je voulais que l’on ne sache plus à quel moment on se trouve dans la peinture ou pas», raconte celle qui a dû imaginer une nouvelle manière de travailler la mémoire grâce à la complexité des Cubes du Flon, perméables à l’humidité. Les toiles n’auraient pas résisté! A quoi ça tient un coup de foudre! On sera nombreux à être bouleversés par l’harmonie des couleurs et leurs représentations énigmatiques. Belle récompense pour cette artiste, née à Vevey de père prof de philosophie allemand et de mère américaine enseignant le français. Après être partie pour New York à l’âge de 16 ans, elle en revient à 28, avec un bachelor en relations internationales et en écriture de l’université Johns Hopkins. Elle se retrouve alors à l’Ecole du Vitrail de Monthey «car j’avais envie de travailler avec mes mains et explorer la matière». Ce qui ne devait être qu’une occupation est devenu un métier après la Visual Art School de Bâle. Avec ce langage qui lui est enfin propre, ses sculptures pourront avoir la taille d’une installation urbaine ou la dimension raisonnable d’une sculpture murale. Tout devient possible. L’artiste à suivre, donc…

----------

Lausanne Galerie à ciel ouvert/Les Cubes – Voie-du-Charriot, jusqu’au di 2 juin

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.