Passer au contenu principal

La nouvelle scène comique romande adore le stand-up

Volontiers irrévérencieuse, caustique, mordante et pleine d’autodérision, la scène humoristique romande n’a jamais été aussi foisonnante.

Thomas Wiesel: "Nous avons une dette envers Vincent Veillon et Vincent Kucholl, qui ont largement contribué à déringardiser les humoristes helvètes."
Thomas Wiesel: "Nous avons une dette envers Vincent Veillon et Vincent Kucholl, qui ont largement contribué à déringardiser les humoristes helvètes."
DR

«Actuellement, on découvre une cinquantaine de nouveaux humoristes par an en Suisse. C’est énorme», explique Ivan Madonia, fondateur du Swiss Comedy Club.

Et cette jeune garde est talentueuse maîtrise la langue de Shakespeare aussi bien que celle de Molière, sait écrire, sait filmer, sait scénariser et possède une énorme force de travail. «Il y a un saut générationnel dans l’humour suisse, précise Thomas Wiesel, sorte de chef de file de cette bande de comiques juniors. Nous avons une dette envers Vincent Veillon et Vincent Kucholl, qui ont largement contribué à déringardiser les humoristes helvètes. Quand ils ont débarqué avec 120 secondes, on s’est dit «Wouah! C’est possible de faire ça alors?». Ils ont décomplexé pas mal d’entre nous.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.