Les «one-minute-sculpture» au prochain festival Images à Vevey

ExclusifLa star de l’édition 2018 sera Erwin Wurm, qui invite les visiteurs à se transformer en sculptures

Mardi, la Villa «Le Lac» Le Corbusier recevait le photographe Jürgen Teller (à dr.) et l’artiste autrichien Erwin Wurm. Ce dernier sera l’invité 
du prochain Festival Images, dès le 8 septembre.

Mardi, la Villa «Le Lac» Le Corbusier recevait le photographe Jürgen Teller (à dr.) et l’artiste autrichien Erwin Wurm. Ce dernier sera l’invité du prochain Festival Images, dès le 8 septembre. Image: Julien Gremaud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une effervescence peu habituelle régnait mardi dernier, à la Villa «Le Lac» Le Corbusier, à Corseaux. À peine passé le portail, un tas d’habits jonchait le sol, en attente d’être endossés. Dans le petit espace de la maison et du jardin, des poses bizarres: le conservateur de la Villa, Patrick Moser, un seau sur le crâne. Une femme, renversée tête la première par-dessus le petit muret au bord du lac, une bouteille d’eau en PET en équilibre précaire sur son dos…

Ces mises en scène étaient le résultat de la présence conjuguée de deux grands noms, élaborant une série d’images pour un magazine: le photographe Jürgen Teller et l’artiste autrichien Erwin Wurm. Ce dernier sera la star du prochain Festival Images, qui débutera le 8 septembre.

Que prépare-t-il pour cette édition 2018? Dans la salle de la Castillo, centre névralgique de la manifestation, sera installée sa pièce déjà présentée à la Biennale de Venise en 2011: la «Narrow House». En fait de maison «étroite», comprenez plutôt «compressée», car son intérieur (les WC, par exemple) semble s’être étiré sous l’effet d’un étau.

Une forme de provocation, comme l’a représentée la Villa «Le Lac». Pensée comme une toute petite «machine à habiter», cette dernière constituait dès sa création une forme de rejet des conventions sociales selon lesquelles il fallait occuper une maison de maître lorsque l’on avait acquis un statut de bourgeois. La «Narrow House» elle aussi provoque, comme l’explique Erwin Wurm: «En rendant étroite une maison typique préfabriquée des années 60, je voulais donner à ressentir – à travers une certaine claustrophobie – la rigidité des vieilles structures strictes de cette société.» Ce lien entre les deux fera apparaître la «Narrow House» comme une forme de citation ou d’hommage à la Villa «Le Lac» Le Corbusier, distante de quelques centaines de mètres pendant tout le mois du Festival Images.

Un aspect qui plaît fortement à Erwin Wurm: «J’adore l’œuvre de Le Corbusier, qui était un architecte fantastique. Dans mon pays, nous avons eu de grands architectes, comme Adolf Loos ou Rudolf Schindler, qui était Autrichien avant de partir aux États-Unis. Je suis très connecté à l’architecture moderne, qui transforme selon moi les maisons en sculptures.»

Poses absurdes et équilibre limite

Erwin Wurm présentera aussi pour le Festival Images des «One Minute Sculptures», qui l’ont rendu célèbre. Des pièces avec des instructions pour expliquer au visiteur la pose à adopter pour former soi-même une œuvre d’art avec l’objet en question. Ces protocoles – souvent drôles et absurdes – sont accompagnés d’esquisses, pour que le public visualise bien la posture à prendre, souvent dans un équilibre précaire. Pour l’anecdote, en 2006, les Red Hot Chili Peppers avaient tourné l’un de leurs plus célèbres clips selon les codes de Wurm (chanson «Can’t Stop»).

L’artiste autrichien installera dans la Villa «Le Lac» des copies de meubles qui la composent, agrémentés de trous propres à faire entrer le visiteur à l’intérieur, de façon à créer une «One Minute Sculpture».

Les véritables meubles ne pouvant être touchés, ces artefacts rapprocheront encore davantage le public de l’œuvre de Le Corbusier. «C’est effectivement une partie du concept, répond Erwin Wurm. Il faut souligner que j’ai toujours été intéressé par ces objets. J’ai utilisé dès le début des «One Minute Sculptures» du mobilier de Pierre Jeanneret, cousin de Le Corbusier et également très bon architecte.» Et si le protocole précis n’est pas respecté? «Alors ce ne serait plus une de mes œuvres. Ce serait autre chose, je ne sais pas quoi», sourit l’artiste.

Directeur d’Images, Stefano Stoll se réjouit de la présence de la star: «À nouveau, nous sommes en mesure non seulement d’amener une œuvre qui a été vue dans un grand événement artistique. Mais surtout nous produisons des pièces sur-mesure pour notre festival. Sans compter que les «One Minute Sculptures» rentrent parfaitement dans le thème de cette année: l’extravagance.» (24 heures)

Créé: 22.05.2018, 07h44

Articles en relation

La Fondation Images a un nouveau toit provisoire

Vevey Les équipes qui travaillent sur le prochain festival ont emménagé derrière la gare. Plus...

Sans sa Ferblanterie, Images doit être relogé

Vevey Le Festival doit quitter ses bureaux au plus tard en mai. Stoppé, le projet dans les locaux de Nestlé était pourtant applaudi de toutes parts. Plus...

Vevey s’immerge dans le bain visuel avec le Festival Images

Culture La manifestation ouvre les vannes ce samedi pour inonder la ville. Interview du directeur, Stefano Stoll. Plus...

Les artistes déjouent les illusions du pouvoir

Festival Images Le Festival Images immerge les festivaliers dans la géopolitique, comme le prouvent Matjaz Tancic et Valerio Vincenzo. Rencontres. Plus...

S’incruster en photo avec les stars du Montreux Jazz

Fun Un projet du Festival Images de Vevey permet de s'incruster sur des photos mythiques avec des stars. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.