Passer au contenu principal

«Je suis optimiste pour la scène culturelle suisse»

Directeur de Pro Helvetia, Philippe Bischof gère l’urgence et les questions qui se posent.

Philippe Bischof, directeur de Pro Helvetia, pense «qu’une grande partie de l’offre culturelle dans notre pays» va pouvoir être sauvée. (KEYSTONE / GAETAN BALLY)
Philippe Bischof, directeur de Pro Helvetia, pense «qu’une grande partie de l’offre culturelle dans notre pays» va pouvoir être sauvée. (KEYSTONE / GAETAN BALLY)
GAETAN BALLY, Keystone

Mission première de la fondation Pro Helvetia, le rayonnement de la scène culturelle suisse s’est éteint temporairement avec une pandémie survenue aux premières heures du printemps culturel. Les artistes, les festivals, les spectacles, les musées, les cinémas, tous ont dû se réinventer une présence dans un monde digital donnant lieu à un foisonnement inédit. Au front, le directeur de Pro Helvetia, Philippe Bischof, se dit à la fois touché et troublé. «Je constate qu’en ce moment on parle beaucoup de valeurs, d’ouverture, de démocratie, ce qui nous amène très proche de ce qu’on appelle la culture. C’est une situation à la fois dialectique et ambiguë entre ouverture et cloisonnement.» Interview.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.