Sur son Orient, le pianiste François Lindemann double les basses

MusiqueFrançois Lindemann sort en vinyle «Nu Bass», album aux deux contrebasses et à la touche orientale. Rencontre avant son concert à Chorus

Le pianiste François Lindemann sort Nu Bass dans une version vinyle qui lui rappelle la grande époque du disque Blue Note.

Le pianiste François Lindemann sort Nu Bass dans une version vinyle qui lui rappelle la grande époque du disque Blue Note. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le retour au vinyle le remplit de joie et d’excitation au moment d’exhiber son dernier album, un Nu Bass qu’il a voulu habillé d’un graphisme en hommage à ces pochettes Blue Note figurant en bonne place dans l’histoire du disque. Le pianiste François Lindemann, collectionneur de vinyles depuis ses jeunes années, a été jusqu’à Amsterdam pour trouver sa fourre en épais carton glacé, qui manifeste effectivement plus de classe que le petit boîtier en plastique des CD.

«Ce côté tactile et physique engage à une autre écoute, invite presque à une atmosphère de concert», savoure celui qui vernit son album dimanche à Chorus. «Cela donne envie de s’installer dans un bon fauteuil, de se verser un verre de whisky et de faire tinter les glaçons. De plus un CD, c’est long. Avec le vinyle, le changement de face, après une bonne vingtaine de minutes, relance l’écoute.»

Ce nouvel enregistrement – que l’on trouve toutefois aussi sur les plates-formes numériques – incite d’ailleurs à de multiples retours, à la mesure de ses variations et de la finesse de ses dérives. Le titre l’annonce d’entrée, l’attention est mise sur la basse, doublement puisque l’instrument est conjugué par Heiri Känzig et Ivor Malherbe. «Ce n’est pas dans le rapport physique au son, cette façon qu’a le R & B aujourd’hui de faire danser. Mais, parmi les disques qui m’ont marqué, il y a par exemple le Smoke Stack (Blue Note, 1963) d’Andrew Hill, avec deux basses. C’est une écriture que j’ai déjà abordée dans les années 1990, dans une logique contrapuntique.»

Même si elles jouent aussi le rôle d’accompagnateur pour solistes, les contrebasses entrelacent ici leurs propres mélodies, avec deux identités distinctes. «Cela rappelle des styles très différents. Celui, puissant, d’un Jimmy Garrison avec Coltrane, et celui d’un Eddie Gomez, qui jouait haut sur le manche, se rapprochant du violoncelle.» Le leader voit plutôt Ivor Malherbe, «au jeu volubile et virtuose», dans le rôle de ce dernier, et Heiri Känzig dans «un son plus ample, plus corporel».

En musicien épris de musiques voyageuses, François Lindemann a encore ouvert l’angle de son sextet à d’autres influences. Abandonnant sa passion des gongs et sans aller cette fois jusqu’au Japon, il invite l’oudiste lausannois d’origine tunisienne Amine Mraihi (du duo Amine & Hamza) et le joueur de tablas Mayank Bedekar, rencontré alors que le pianiste organisait des concerts à Bangkok avec divers représentants des diasporas de la capitale thaïlandaise.

«J’avais déjà joué avec le percussionniste Trilok Gurtu pour les 10 ans de Piano Seven. L’intérêt des tablas est d’être une percussion tonale, qui peut se jouer en do mineur comme en mi bémol. Dans les deux cas, j’ai essayé de laisser le plus de place à leurs idiomes respectifs, tout en cherchant parfois à les en faire sortir.» Le métissage est heureux, moucheté de finesses et de surprises.

Créé: 08.12.2017, 18h51

L'album et le concert

Nu Bass
François Lindemann Sextet
TCB

Lausanne, Chorus
Vernissage de l’album avec la formation
de l’enregistrement di 10 décembre (18 h)
Rens.: 021 323 22 33
www.chorus.ch

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...