La Paternelle fête son 125e show avec Charlot

SpectacleL’assurance mutuelle pour orphelins investit un chapiteau à Bellerive avec des personnages des films de Charlie Chaplin.

Les explications d'Yves Buergin, responsable communication du Théâtre pour enfants de La Paternelle
Vidéo: /Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si les répétitions costumées vont bon train du côté de la place du Cirque, à Bellerive, les organisateurs du spectacle annuel de l’assurance pour orphelins La Paternelle ont dû improviser pour mettre en place ce 125e show, «Charlot et les égarés du cinématographe». Tous bénévoles et néanmoins rois de l’anticipation, les membres du comité d’organisation ont commencé à réfléchir à cette édition spéciale (ndlr: il s’agit bien de la 125e du spectacle de Noël en 135 années d’existence de La Paternelle, la conjoncture, notamment les guerres mondiales, ayant eu raison de certaines éditions) il y a un peu plus de trois ans. Mais c’était compter sans l’impossibilité de se produire à la maison, soit au Théâtre de Beaulieu, actuellement en travaux. «Tout est resté longtemps très incertain, alors nous avons décidé de prendre les devants, se souvient Yves Buergin, responsable communication du Théâtre pour enfants de La Paternelle. Rapidement, on s’est rendu compte qu’il n’existait pas de salle dans les environs pouvant accueillir nos 10'000 spectateurs — oui, on a de sacrés problèmes (rires)! —, alors on a imaginé nous produire sous chapiteau. En plus, ça faisait sens, vu l’amour que Charlie Chaplin portait au cirque...»

Contraintes techniques

Finalement, il n’y a pas une tente, mais bien trois, qui ont été érigées sur la place du Cirque, à Bellerive. La plus grande, qui au mois de juillet devient le Dôme à Paléo, accueille le public, les deux autres les coulisses et la restauration. «C’est magique, mais il y a énormément de normes strictes à respecter et de contraintes techniques à prendre en considération, reprend Yves Buergin. Mais regardons le positif: nous pouvons proposer une petite restauration festive dont les profits nous reviendront directement. Et les sponsors privés ont immédiatement compris que cette édition allait être un peu plus chère à concrétiser que les autres (ndlr: 500'000 francs contre 300'000 habituellement). Ces spectacles ne rapportent rien à La Paternelle, mais c’est le plus génial vecteur de publicité pour notre mutuelle et une réelle fête pour les enfants de notre théâtre.»

Il n’y a pas que les sponsors qui ont décidé de jouer le jeu de soutenir La Paternelle dans son aventure hors les murs. Roy Export, la société qui gère les droits d’image de Charlie Chaplin, s’est elle aussi montrée extrêmement généreuse. «Comme souvent, nous avons pris notre bâton de pèlerin et sommes allés les voir à Paris et en sommes revenus ravis: nous allions pouvoir faire du Charlot à condition de ne pas rejouer exactement les scènes mythiques de ses films», se félicite Yves Buergin.

La proposition de Jad Makki

C’est à la suite d’un concours de manuscrits — La Paternelle a reçu 20 réponses! — que l’organisation a choisi la proposition du Belge Jad Makki. Un scénario où tous les personnages secondaires des films de Charlie Chaplin se retrouvent… orphelins du génie à la canne courbée. «C’est vraiment une très jolie histoire, accessible à tous, même aux plus petits qui ne comprendront pas les références cinématographiques», assure le responsable de communication. Un spectacle joué, dansé et chanté par quelque 200 jeunes de 8 à 20 ans, tous enfants d’assurés à la mutuelle, qui se retrouvent sur scène chaque décembre pour perpétuer ce rendez-vous traditionnel de fin d’année, laïc et apolitique, dans la capitale vaudoise.

Créé: 05.12.2019, 10h27

À Lausanne, place Bellerive

Dates: samedi 7 déc. (13h30 et 17h30) et dimanche 8 déc.(10h30, 14h, 17h30)

Réservation: La paternelle
Caisse ouverte sur place 1h30 avant chaque spectacle. Dès 4 ans. Petite restauration sur place.


En dates

1884 Naissance de la mutuelle La Paternelle à Lausanne.
1888 Première pièce de théâtre, «Le cadeau de Noël».
1914 Pause des spectacles de Noël à cause de la Première Guerre mondiale.
1931 Déménagement au Théâtre municipal. La Paternelle propose désormais entre trois et cinq représentations selon le succès de la pièce. La même année, Charlie Chaplin compose sa première bande-son pour le film «Les lumières de la ville».
1939-1943 Alternance de fêtes de Noël au Capitole et de spectacles. En ces temps de guerre, les cœurs sont lourds.
1944 Retour au Théâtre municipal pour les 50 ans avec «Le rêve de Fric».
1960 Le Théâtre d’enfants, jusqu’alors réservé aux membres de La Paternelle et leurs familles, s’ouvre au public et monte à Beaulieu.
1980 Première apparition d’un chœur dans le spectacle.
1994 100e anniversaire: repas de gala et spectacle de «Casse-Noisette».
2009 125 ans, en association avec Derib pour présenter «Yakari».
2016 Salle comble pour «La Reine des neiges». Ouverture de Chaplin’s World.
2019 Chaplin et La Paternelle s’associent pour le 125espectacle de la mutuelle. Le Théâtre d’enfants quitte Beaulieu en travaux pour un chapiteau sur la place Bellerive.

Articles en relation

«Je raconte Charlie Chaplin, pas Charlot»

Lire Les bédéastes s’emparent du créateur du génial vagabond. Ainsi du Belge Bernard Swysen, qui présentait hier l’album officiel au musée de Corsier. Plus...

Une nouvelle directrice pour le musée Chaplin

Musée Béatrice de Reyniès prend la tête de Chaplin's World à Corsier-sur-Vevey. Elle avait déjà contribué à la naissance du musée. Plus...

Chaplin comme vous ne l'avez jamais vu

Photographie Yves Debraine était le photographe attitré de l’artiste. Un livre et une exposition réunissent des images rarement montrées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...