Passer au contenu principal

«Quand je pense à la Grèce aujourd’hui, je ressens une grande tristesse»

À l’occasion de Lausanne Méditerranées, l’ancien politicien et fan de rebétiko Josef Zisyadis revient sur sa culture d’origine

Josef Zisyadis porte un regard sans aménité sur la situation actuelle de la Grèce, fêtée culturellement à Lausanne dès ce lundi.
Josef Zisyadis porte un regard sans aménité sur la situation actuelle de la Grèce, fêtée culturellement à Lausanne dès ce lundi.
KEYSTONE

A parcourir la Méditerranée, il n’y a pas besoin de s’appeler Ulysse pour retourner en Grèce. Alors que Lausanne Méditerranées s’ouvre ce lundi avec une 2e édition hellène à déguster au Théâtre de Vidy et à la Cinémathèque (lire encadré), après une première cuvée consacrée au Maghreb l’an dernier, il était tentant d’interroger Josef Zisyadis sur un pays avec lequel il cultive encore de nombreux liens – et pas seulement viticoles avec son projet de réimplantation de l’agriculture sur l’île de Patmos. D’autant plus que l’ancien politicien vaudois, actuel président de Slow Food Suisse et directeur de la Semaine suisse du goût, possède, inscrit dans son histoire familiale, l’expérience de la migration en natif d’Istanbul.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.