Philippe Djian: «J'aurais pas pu écrire pour un autre que Stephan Eicher»

Nouvel album de Stephan EicherA l'occasion de la sortie de «Homeless Songs», écrit par le romancier, l'AFP s'est glissée dans une conversation téléphonique entre les deux hommes.

Philippe Djian.

Philippe Djian. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cela fait 30 ans que Philippe Djian (en photo AFP ci-dessous) signe les textes en français de Stephan Eicher, comme sur le nouvel album du Suisse «Homeless Songs» sorti ce vendredi. Une complicité avec ses «hauts» et ses «bas» qu'ils racontent dans un inédit entretien croisé.

Dans un luxueux hôtel parisien, l'interprète de «Déjeuner en paix», 59 ans, compose le numéro du romancier, 70 ans, qui est chez lui au Pays Basque puis pose le téléphone sur la table, haut-parleur enclenché.

Amis depuis une émission de télévision commune à la fin des années 80, les deux hommes se donnent du «mon chéri» avant de se chamailler gentiment sur l'importance respective du texte ou de la musique.

Philippe Djian: Trente ans? Il ne faut pas le dire, les gens vont croire qu'on est dans un hospice de vieillards. Disons plutôt quelques années...

Stephan Eicher: Je crois qu'il n'y a personne d'autre avec qui j'ai travaillé pendant 30 ans. Avec Philippe, on a survécu à plein de choses. Pour ce nouvel album, certaines chansons existaient depuis un certain moment, sans avoir trouvé de place sur un album qu'une maison de disque ou une radio pouvait demander. J'ai rassemblé cette collection de chansons un peu perdues, peut-être boîteuses. (...) Il y a des chansons qui prennent du temps, comme Rivière, sur l'album Carcassonne, qui avait pris cinq ans. Et puis d'autres qui s'écrivent plus vite. Déjeuner en paix, ça m'a pris quatre minutes!

Philippe Djian: Ce qui est étrange pour moi quand sort un album, c'est que comme Stephan ne jette rien, je me retrouve avec un patchwork, je ne me souviens plus quand j'ai écrit telle ou telle chanson...

Stephan Eicher: Sur mon piano, j'ai un classeur avec 40 ou 50 textes pas encore aboutis...

Philippe Djian: Moi, ce que je connais beaucoup mieux que les albums qu'on a pu sortir ensemble, ce sont les trucs qu'il m'envoie, tout seul à la guitare, quand il commence à mettre une première mélodie sur un texte... Je pense qu'il n'y a que moi et deux ou trois personnes qui entendent ce morceau comme ça, brut. Et je dois dire que ce plaisir-là, il n'est jamais dépassé ensuite par celui lié à l'album.

«Le public doit la finir»

Stephan Eicher: Le rêve pour moi, c'est que, à un moment, la chanson devienne indépendante de moi et de Philippe. C'est le public qui doit la finir. Je me souviens une fois que je jouais au Paleo Festival, Philippe était invité dans le public et j'essayais de le regarder pour voir sa réaction sur «Des hauts, des bas» quand 30'000 personnes reprenaient «J'ai même eu ce que je ne voulais PAS!».

Philippe Djian: Quand toute une foule reprend ça, à côté de vous, je peux vous garantir que les poils des bras se hérissent. Pas parce qu'on se dit que ce que j'ai écrit est génial, mais parce que c'est incroyable qu'ils s'approprient des mots qui désormais leur appartiennent.

Stephan Eicher: Beaucoup de gens me demandent: j'ai un texte, tu ne veux pas le chanter? Avec plaisir... Mais je trouve beaucoup plus intéressant de garder notre histoire. Qu'on devienne presque une seule personne: Philippe Eicher ou Stephan Djian! La preuve, c'est la chanson Prisonnière (sur son nouvel album, ndlr). Il a fallu 30 ans pour s'échauffer pour arriver à ce texte qui est pour moi une merveille. Rien que pour ça, les 30 ans valent la peine, j'espère que ce n'est pas la fin de la route...

Philippe Djian: Moi non plus! J'ai vraiment l'impression que plus ça va, plus on agrandit un univers. Prisonnière est un bon exemple. Stephan m'ouvre sur de nouveaux textes, de nouvelles façons de s'exprimer. Je n'aurais pas pu écrire pour un autre chanteur. Il s'est trouvé que je suis tombé sur un type qui sait écrire des chansons, qui fait de la scène de manière assez incroyable, je ne pouvais tomber mieux! (afp/nxp)

Créé: 20.09.2019, 15h39

Articles en relation

Le litige entre Stephan Eicher et Universal continue

Musique L'artiste suisse accuse la maison de disque de ne pas l'avoir suffisamment payé, selon la presse dominicale. Plus...

Les racines yéniches des Eicher sur grand écran

Musique Le film «Yéniche Sounds» sort ce mercredi sur les écrans romands. Il revient sur l'apport des Yéniches dans la musique traditionnelle suisse. Plus...

Philippe Djian reçoit le prix Interallié pour «Oh...»

Littérature Philippe Djian, l'auteur de «37,2° le matin» et parolier de Stephan Eicher, est le lauréat du prix Interallié pour son roman «Oh...». Il a été préféré mercredi au Genevois Joël Dicker également en course pour ce prix. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.