Passer au contenu principal

Pickpocket d'émotions au charme canaille

Le comédien Vincent Cassel endosse la veste de Vidocq dans «L’empereur de Paris» et, dans la vie, ruse et s’amuse avec les paparazzis. Comme dans une bonne partie de gendarmes et voleurs.

Le crâne quasi rasé et la minceur athlétique, Vincent Cassel confirme que l’amour conjugal lui va au teint, jeune marié quinquagénaire. Et de blaguer sur l’insolence des mâles destins qui, contrairement à l’autre sexe, ignorent des ans l’irréparable outrage. Sous les boutades allumeuses, le comédien, bientôt à l’affiche en Vidocq dépressif et ténébreux dans «L’empereur de Paris», garde une profonde lucidité.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.