De la planète des singes à celles des hommes

TélévisionUn docu-évènement revient sur les origines de l’homme avant sapiens. Le point avec le paléoanthropologue Pascal Picq.

«Homo naledi» (env. 1,5 m pour 50 kg), qui vivait il y a 2,5 millions d’années, pourrait être le premier homme.

«Homo naledi» (env. 1,5 m pour 50 kg), qui vivait il y a 2,5 millions d’années, pourrait être le premier homme. Image: CHARLES SPERRING/M6

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En 2003, L’Odyssée de l’espèce plongeait 8 millions d’années dans le passé. Les découvertes scientifiques se sont multipliées, et Premier homme, à découvrir mardi sur M6, remonte le fil de nos ancêtres jusqu’à 15 millions d’années. Cette passionnante enquête fait ressurgir une vraie planète des singes, lorsque ceux-ci dominaient les forêts chaudes d’Afrique, d’Asie et d’Europe. Plus qu’une échelle du temps, le film vise surtout à montrer comment ils vivaient.

L’aventure contée commence avec Pierola, qui évoluait en Espagne, et connaissait déjà l’éducation et la vie en société, puis Toumaï, grand singe africain qui n’hésitait pas à faire la guerre pour défendre son clan et agrandir son territoire. Vivant il y a 7 millions d’années, il est notre dernier ancêtre commun connu à ce jour avec les grands singes actuels. Le reportage zoome ensuite sur Homo naledi, qui pourrait être le premier homme. Il mange de la viande et s’aventure de plus en plus loin des arbres… Vers 1,9 million d’années arrive Homo erectus, qui marche sur toute la terre et signe le temps des humains. Une longue histoire, donc, avant Homo sapiens, l’homme moderne apparu il y a «seulement» 200'000 ans. Directeur scientifique du film et des livres dérivés, ainsi que de la publication scientifique Premiers hommes, Pascal Picq revient sur quelques clichés.

On dit que l’homme descend du singe, vrai ou pas?

L’homme, le singe, ça ne veut rien dire, c’est de l’essentialisme platonicien, et ce n’est pas adapté pour décrire un monde qui évolue. Quand j’ai commencé dans la paléoanthropologie, j’ai demandé: mais qui est ce singe? Entre Darwin et moi, personne ne s’est occupé du singe. L’homme ne descend pas des singes d’aujourd’hui, mais des grands singes ancestraux, les hominoïdes, différents des actuels, car le singe n’a cessé d’évoluer, comme toutes les espèces.

Le film débute par une immersion chez ces ancêtres hominoïdes, pourquoi remonter si loin?

Il y avait nécessité de partir à la recherche des origines de l’humanité, bien avant les premiers hommes.

On s’aperçoit que ces lointains ancêtres avaient déjà beaucoup de points communs avec nous…

Oui, ils ont des outils, une culture, s’occupent de leurs défunts. Cela a provoqué la panique chez les philosophes car ils y ont vu une volonté de naturaliser l’homme. Or, ce dont on s’aperçoit, ce n’est pas que les hommes sont plus simiesques, mais que nos ancêtres sont plus humains qu’on le pensait. C’est un retournement complet de perspective.

A un moment, les lignées se sont séparées, pour évoluer d’un côté vers les hommes, de l’autre vers les grands singes, mais ils ont un ancêtre commun…

Oui. Le meilleur candidat pour cela est aujourd’hui Toumaï, mais il n’est pas dit que les recherches n’en feront pas apparaître un autre dans un avenir proche.

Le film revient sur un cliché récurrent qui voudrait que l’homme se soit redressé dans la savane pour atteindre la nourriture…

Non, la bipédie est née dans les arbres, lorsque les hominoïdes ont commencé à se suspendre aux branches. Mais ils vivaient toujours en hauteur (ndlr: le film montre «Pierola» qui construit des nids de feuilles en hauteur, pour se protéger des grands prédateurs qui rôdaient au sol). La bipédie est bien plus diversifiée qu’on l’imagine. On l’a perfectionnée dans notre lignée, tandis que les grands singes africains actuels l’ont perdue.

Peut-on dire aujourd’hui avec certitude qui était le premier homme?

A l’heure actuelle, il n’y a pas de consensus. Une fois qu’on arrive à Homo erectus, tout le monde est d’accord, il s’agit d’un humain. Il court plus vite, a une mâchoire réduite, un plus gros cerveau, une maîtrise des outils plus complexe. Le problème est de savoir qui était le premier homme. Ce pourrait être Homo naledi, mais il a un cerveau petit, entre 450 et 550 cm3 (ndlr: la taille du nôtre est de 1350 cm3). Homo naledi a, par contre, de longues jambes et c’est un excellent marcheur. Homo habilis est son exact opposé mais pourrait aussi être un bon candidat, il a un gros cerveau et des mains habiles, mais il est petit avec des bras très longs.

Mardi 4 avril, 21 h, M6 (24 heures)

Créé: 01.04.2017, 13h32

A voir - A lire




«Premier homme», c’est un beau livre et un ouvrage jeunesse dès 8 ans, et Pascal Picq creuse le sujet dans «Premiers hommes» (Ed. Flammarion).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...