Passer au contenu principal

Plonk & Replonk s’unissent pour le PIRE à Porrentruy

Le trio ouvre son ambassade de Suisse incongrue aux trésors d’utopie. Visite en territoire absurde.

Dans «l’arc jurassien qui, c’est trop oublié, parle français», Plonk & Replonk ont planté un musée, «ou plutôt une ambassade». Sis au Musée de l’Hôtel-Dieu de Porrentruy, le PIRE (Palais Incongru des Raretés Étonnantes) chante la geste du trio né sur les bancs d’école, dans les années 70. Au chaud dans le 3,5 pièces de 70 m2, les frères du Noirmont Jacques et Hubert Froidevaux, et le Barcelonais Miguel-Angel Morales, soufflent la grâce Plonk et l’humour Replonk. Bénie par les sains esprits d’Erik Satie, Alphonse Allais ou Pierre Dac, leur oeuvre d’art totale absorbe le visiteur qui aura cheminé de longues heures à travers plaines et montagnes en quête du Graal de «plonkitude». Au bout du voyage gisent des trésors d’absurdité, l’explication de «La presquitude des choses», le sonotone d’un temps rêvé, un portrait de Lady Di en quadrichromie passée. Visite guidée avec le troisième luron, Miguel-Angel qui inventa le nom de Plonk & Replonk.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.