La poésie refait son printemps et tisse des ponts avec le cinéma

Festival Après une première éclosion fructueuse, le Printemps de la poésie revient avec une septantaine d’événements. Avant-goût avec son instigateur Antonio Rodriguez.

La Compagnie Poésie en arrosoir livrera à la Grange de Dorigny le spectacle «La terre déployée», basé sur des textes de poètes syriens.

La Compagnie Poésie en arrosoir livrera à la Grange de Dorigny le spectacle «La terre déployée», basé sur des textes de poètes syriens. Image: Felix Imhof © UNIL

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Confinée aux cénacles lettrés, la poésie? Bien qu’il enseigne à l’Université de Lausanne, Antonio Rodriguez est bien loin d’imaginer une pratique poétique qui ne se plairait que dans ces milieux. Lui-même auteur en parallèle, il voit des occasions de poésie partout. Attablé dans un café lausannois, il n’a pas à chercher loin: «Décrire l’ambiance, l’odeur du lieu, le bruit des pas sur le parquet, ce qui pourrait se créer entre des gens attablés. Ou tenter de dire le bruit de la cuillère qui frappe contre la tasse.»

Pas si simple sans convoquer des lieux communs, l’exercice est selon lui néanmoins accessible à tout le monde. «Il faut revenir à une poésie au quotidien et du quotidien, sans priver les gens de raconter des histoires en les terrorisant avec une visée artistique. On est toujours influencé par le modèle du poète retiré comme l’a été Philippe Jaccottet. C’est d’ailleurs une des grandes formes d’écriture de l’intime. Or aujourd’hui, les gens ont envie de se réunir, de discuter de poésie, d’en lire dans des lieux de pointe. Il y a une forme de désinhibition.»

La meilleure preuve en est donnée par le deuxième printemps de la poésie qui refleurit dès lundi, après une première manifestation très suivie l’an dernier. Pas moins de septante événements, quasi le double de la première édition, écloront en Suisse romande, et même outre-Sarine.

Lieux et formats divers
Dans le canton de Vaud, le festival s’épanouira dans des lieux aussi divers que le Théâtre de Vidy, la Cinémathèque, le Rolex Learning Center à l’EPFL ou la Maison des écrivains à Montricher. Dans des formes allant des lectures en passant par les spectacles, débats ou rencontres, avec notamment un Marché de la poésie où se présentent les maisons d’éditions.

Jeu sur le rythme, l’analogie, construction non narrative, le genre emprunte de multiples formes. «La poésie a toujours existé, mais par rapport à certaines époques, elle peut circuler plus facilement grâce au multimédia. Cet art vieux de 5000 ans a d’ailleurs accompagné toutes les révolutions technologiques.» Un concours qui invite à tweeter son haïku est ainsi organisé.

«La poésie n’est d’ailleurs pas forcément attachée au texte», remarque l’instigateur de ce printemps. Le rendez-vous met ainsi en avant des frontières poreuses en s’intéressant cette année par exemple au cinéma: «Dans In the Mood for Love de Wong Kar-Wai, par exemple, la séquence où les deux protagonistes se croisent en allant chercher des nouilles est très pauvre narrativement. Mais il y a l’ambiance, la musique, le ralenti qui en font un passage lyrique qui saisit le spectateur.» Pour ausculter ces liens avec le septième art, une journée Terrence Malick se tiendra le 23 mars à la Cinémathèque suisse avec la projection de The New World et de The Tree of life ainsi que des débats. Projeté au CityClub le 17 mars à Pully, Paterson, de Jim Jarmusch, évoque la double vie d’un poète aujourd’hui.

Franchissement des seuils encore avec un volet «poésie et monde musulman» qui se demande, au-delà des clichés et des peurs actuelles, ce que nous disent les poètes syriens. La Compagnie Poésie en arrosoir, notamment, leur donnera une voix. Varié, le programme offre de quoi intéresser néophytes et public averti. Quant à «la personne qui verrait les septante événements», Antonio Rodriguez imagine qu’elle «aurait certainement une vision assez claire de ce qu’est la poésie aujourd’hui.» (24 heures)

Créé: 08.03.2017, 23h08

Antonio Rodriguez

Organisateur du Printemps de la poésie

«Il faut revenir à une poésie au quotidien et du quotidien, sans priver les gens de raconter des histoires en les terrorisant avec une visée artistique», déclare Antonio Rodriguez, l'organisateur du Printemps de la poésie. (Image: ODILE MEYLAN)

Morceaux Choisis

Science-fiction Rencontre avec l’auteur français Alain Damasio, auteur de La horde du contrevent, qui déploie un monde où la poésie devient essentielle à la survie du groupe. (Rolex Learning Center, me 15, 20h)
Marché de la poésie Douze maisons d’éditions et leurs auteurs viendront se présenter. Tables rondes, performances, atelier pour les familles ponctueront cette journée centrée sur la transition de la poésie du papier au numérique (Fondation Bibliomedia à Lausanne, di 19, 11h-17h)
Brunch philo Le Théâtre de Vidy accueillera le philosophe Alain Badiou, pour qui «la poésie a toujours été un lieu de pensée, une procédure de vérité». (Di 19, 10h30-12h)
Les quais de la poésie La ville de Lausanne invite chacun à choisir son poème préféré de Jacques Prévert et à venir le lire, seul ou en famille, à la Bibliothèque de Chauderon, en même temps qu’une brochette de personnalités vaudoises. (Je 16, 19h, inscription jusqu’au 13 à l’adresse: isabelle.falconnier@lausanne.ch)
Soirée de l’équinoxe Outre un hommage à la poétesse romande Anne Perrier par des lectures d’Yvette Théraulaz entourée de cinq autres poètes romands, la Compagnie Poésie en arrosoir fera découvrir des textes syriens dans son spectacle La terre déployée. (Grange de Dorigny, ma 21, 18h).

Suisse romande, divers lieux
Du 13 au 25 mars
Programme complet sur
printempspoesie.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.