Avec Polymanga, Montreux flotte sur le succès

ManifestationCent cinquante activités, des invités de renom et des croisières sur le lac sont au programme de la 15e édition du festival pop.

L’an passé, Polymanga et ses Pokemon ont réuni à Montreux quelque 42'000 personnes

L’an passé, Polymanga et ses Pokemon ont réuni à Montreux quelque 42'000 personnes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis 15 ans, le plus grand festival de Suisse dédié aux pop cultures japonaises, américaines et européennes ne cesse d’attirer les foules. En 2018, Polymanga a réuni quelque 42'000 personnes. Cette année, les jeunes, les familles et les fans de cosplay, de jeux vidéo, de mangas et de héros de films fantastiques se retrouveront au centre 2m2c à Montreux pour partager leur passion commune. Au programme: plus de 150 activités et des invités de renom à rencontrer, comme les acteurs Jack Gleeson qui incarne le cruel jeune roi Joffrey Baratheon dans la série «Game of Thrones», ou encore Jennifer Morrison qui joue le docteur Allison Cameron dans «Dr House».

«C’est difficile de faire plus gros», plaisante David Heim, l’organisateur de l’événement. Et pourtant. Pour fêter les 15 ans de Polymanga, le Vaudois a prévu avec son équipe un cadeau qui sort de l’ordinaire. «En plus des lieux terrestres sur lesquels se déroule la manifestation, nous proposons au public une croisière pop culture, en partenariat avec la CGN, se réjouit-il. Le «Lausanne», leur plus gros paquebot, est divisé en quatre salles qui accueillent chacune une activité différente. Il y a quatre départs par jour et, à chaque fois, les activités changent.»

La nécessaire innovation

Selon lui, les clés du succès résident justement dans le fait d’innover, de se renouveler constamment et de continuer chaque année à proposer de nouveaux projets. «Depuis peu, le public est face à un choix beaucoup plus grand de films, de séries, de jeux vidéo ou de mangas, continue-t-il. Cela rend compliqué le dégagement de tendances. C’est pour cela que nous décidons de créer des projets propres au festival, afin d’apporter quelque chose d’unique aux visiteurs.» Exemple de cette nouvelle donne, l’apparition dès 2010 des youtubeurs et, avec eux, de la globalisation de la pop culture. «Avant, elle était surtout japonaise. Maintenant, elle est aussi européenne et américaine. Et internet a aussi changé notre manière de la consommer, plus rapidement.» Au milieu de ce choix inédit, il assure conserver avec son équipe une vue d’ensemble sur les tendances actuelles. «Je ne me fais pas de souci pour l’avenir».

Créé: 18.04.2019, 13h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.