Règlement de comptes à Livre sur les quais

FestivalL’assemblée générale de lundi soir, qui a vu la démission de Vera Michalski, de Pascal Vandenberghe et de Pierre-Marcel Favre, débouche sur la composition d’un nouveau comité et la mise en place d’un audit de la manifestation.

Après cinq éditions qui ont vu Livre sur les quais croître à grande vitesse, une page se tourne pour la manifestation morgienne, dont le budget se monte à 800'000?fr.

Après cinq éditions qui ont vu Livre sur les quais croître à grande vitesse, une page se tourne pour la manifestation morgienne, dont le budget se monte à 800'000?fr. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les «difficultés dans les relations interpersonnelles» que décrivait lundi Vincent Jaques, syndic de Morges, se sont précisées suite à l’assemblée générale de Livre sur les quais, salon littéraire déchiré par les dissensions internes, qui a vu lundi soir entériner les démissions de Vera Michalski, de Pascal Vandenberghe et de Pierre-Marcel Favre. De son côté, l’éditrice Vera Michalski résumait à chaud la situation: «Je pars par instinct de conservation. J’ai autre chose à faire que d’arbitrer un combat de coqs. Ces histoires me pourrissent la vie depuis décembre.»

Deux camps se dessinent désormais clairement, personnifiés, d’un côté, par Pascal Vandenberghe, directeur de Payot Libraire et membre démissionnaire du comité, et de l’autre par Frédéric Rossi, éditeur d’Infolio et membre du comité, et son épouse Sylvie Berti-Rossi, secrétaire générale de la manifestation. L’homme fort de Payot a détaillé, dans une lettre, ses griefs et, du coup, les attaques dont il s’estime injustement accusé: une procédure de destitution suite à ses propositions de professionnaliser le salon (ce qui impliquait le départ de Mme Sylvie Berti-Rossi) et des soupçons sur les comptes des ventes de livres de son entreprise pour la manifestation (dont les bénéfices faisaient l’objet d’une rétrocession partielle).

Il récuse en outre l’idée d’un conflit d’intérêts entre sa présence au comité et le fait de diriger le principal prestataire du salon, puisque cette double fonction a été initiée dès la première édition: «Si conflit d’intérêts il y avait eu, c’eût été le cas depuis le début.» Vera Michalski, patronne du groupe Libella, se déclare d’ailleurs solidaire de Pascal Vandenberghe, déplorant «des accusations graves, qui entachent une réputation». Le plus grand libraire du canton – qui doit en partie sa position actuelle à un prêt de Vera Michalski – ne se contente pas de se défendre. Il contre-attaque. «J’affirme quant à moi que le seul conflit d’intérêts au sein du comité réside dans le fait que Mme Berti-Rossi, secrétaire générale salariée de l’Association, est à la ville l’épouse de M. Frédéric Rossi, membre du comité.» Il reproche également au secrétariat général l’«opacité» de ses décisions.

Sylvie Berti-Rossi ne désire pas répondre point par point aux accusations de M. Vandenberghe. Elle souligne: «La décision de ne pas reconduire mon contrat de secrétaire générale a été prise sans analyse, sans audit. Je devais quitter mon poste au 1er janvier de cette année, sans qu’on ait redéfini et revu son cahier des charges. Une personne était prévu pour me remplacer et j’aurais passé deux mois avec elle pour la mettre au courant. Impossible dans un si court délai! Inacceptable.»

C’est pourquoi 18 membres de l’association sur 60 (les statuts prévoient une minorité d’un cinquième) ont demandé par lettre la convocation d’une assemblée extraordinaire, qui n’a jamais eu lieu. «C’est dommage, déplore Sylvie Berti-Rossi, car cela aurait permis à tout le monde de s’exprimer et sans doute de désamorcer des conflits. Que M. Vandenberghe ne se soit pas présenté ce soir devant l’assemblée générale est aussi à déplorer. Les gens ont besoin d’explications. Ils ne sont pas des spécialistes du livre.» Sur le manque de professionnalisation du secrétariat général, Mme Berti-Rossi remarque: «Cette attaque ne se justifie pas. Aucun point précis n’a jamais été mis en avant. Nous avons une très bonne équipe opérationnelle, sans cela Livre sur les quais n’aurait jamais atteint le succès qu’il connaît.» Pour ce qui est de l’opacité, elle affirme que tous les budgets et les choix stratégiques ont tous été validés par le comité.

A l’entendre, la manifestation peut très bien se passer de Payot pour gérer sa librairie. Une solution est en train d’être trouvée. Nelly de Tscharner, l’ancienne préfète du district de Nyon, a été élue au comité, ainsi que Vincent Jaques, syndic de Morges, qui rejoignent l’éditeur Frédéric Rossi. Enfin, un audit organisationnel de l’ensemble du festival va se mettre en place dans le courant de l’année.

Une aventure qui doit se poursuivre

Le syndic de Morges, qui a cherché ces dernières semaines à aplanir les litiges, sans succès, confirme ces informations. «Le comité devrait encore s’étoffer jusqu’à atteindre cinq à sept membres. L’entrée de Mme de Tscharner et de moi-même confère au comité la dimension de collectivité publique et donne des garanties sur la transparence de l’usage des deniers publics.» La Municipalité de Morges a en effet considérablement augmenté sa subvention l’an dernier. Mais le responsable politique dévoile une autre perspective.

«Suite à l’audit, nous allons réfléchir à un autre mode d’organisation et chercher le bon profil de secrétaire général. L’édition 2015 sera la dernière prestation, en tant que secrétaire générale, de Mme Sylvie Berti-Rossi, qui aura l’occasion d’intégrer le comité. La présidence, actuellement assurée ad interim par M. Rossi, en tant que membre fondateur, sera aussi renouvelée.»

Après cinq éditions qui ont vu Livre sur les quais croître à grande vitesse, une page se tourne pour la manifestation morgienne, dont le budget se monte à 800'000 fr. Un seul point semblait hier soir mettre tout le monde d’accord: l’aventure exceptionnelle de ce salon littéraire doit se poursuivre. «L’édition 2015 est prometteuse», louait Vera Michalski. «Longue vie à la manifestation», enchaînait Vincent Jaques. (24 heures)

Créé: 02.03.2015, 23h33

Articles en relation

Vagues agitées pour Le livre sur les quais

Festival Des démissions sont annoncées au sein du comité de l’Association qui organise la manifestation morgienne Plus...

Le 5e Livre sur les quais attire 40'000 lecteurs

Morges Le salon des écrivains avait invité plus de 300 auteurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...