Pour se réinventer, le stand-up troue le noir

HumourIls sont cinq, dont un invité surprise, à se lancer ce défi jeudi à l’ABC à Lausanne.

Blaise Bersinger plongera dans le noir avec quatre autres humoristes.

Blaise Bersinger plongera dans le noir avec quatre autres humoristes. Image: YVAN GENEVAY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le vivier n’est pas extensible à l’infini. Et le sentiment de voir les mêmes humoristes romands à l’affiche sur nos scènes se saisir des ondes radiophoniques et habiter webséries ou autres capsules n’est pas qu’une impression! D’ailleurs même le milieu ne s’en cache pas, trop fier de pouvoir tromper la fatalité par sa faculté à se réinventer.

Après les scènes ouvertes (à tous) façon comedy club, après une saison lausannoise de Crash Test Mondays (réservés aux pros en phase de rodage de leurs blagues), voilà donc les Jokers Blackout. Ou l’équivalent d’une soirée de congé pour les techniciens lumière! Si, depuis la scène, les artistes ont l’habitude de plonger le regard dans le noir, à l’ABC, jeudi soir, tout le monde sera logé à la même enseigne. «Particulière, déroutante, l’expérience a conquis le public de L’Européen à Paris avec des Baptiste Lecaplain, Kyan Khojandi, Verino, explique son «importateur», Thomas Lecuyer. L’obscurité devient un outil pour les humoristes, qui écrivent en conséquence. Et c’est ce qui va se passer pour cette première suisse avec Nathanaël Rochat, Blaise Bersinger, Yoann Provenzano, Charles Nouveau et l’invité surprise.»

Les Crash Test Mondays mensuels ayant vécu, dribblant difficilement avec les temps de création des uns et des autres, le programmateur se défend d’avoir sauté sur la dernière lubie et jouera avec la flexibilité du bar-club lausannois pour glisser deux ou trois soirées «Blagues dans le noir» par année. «On est dans un bon dosage entre le laboratoire, le nouveau terrain de jeu et la prise de risques afin de créer une expérience autre. Imaginez bien que l’humoriste, qui, sur scène, peut généralement s’appuyer sur sa gestuelle, voire son attitude, n’a plus ces béquilles dans le noir. Mais comme il n’est pas à la radio non plus, il doit créer un lien avec le public présent dans la salle, ce qui fait que le texte va compter pour beaucoup et que les contraintes deviennent intéressantes.»


Jeudi 25 octobre (20 h) www.jokerscomedy.ch

Créé: 23.10.2018, 09h58

Articles en relation

Karim Slama range ses vannes

Théâtre Avec «L’évadé», l’humoriste se lance un nouveau défi, celui de raconter des histoires au théâtre. A voir dès vendredi au 2.21. Plus...

Facebook censure une vidéo de Yoann Provenzano

Propriété intellectuelle Le réseau a bloqué l’humoriste pour une caricature d’Ed Sheeran. Retour sur ce qui est permis (ou pas) par les diffuseurs numériques. Plus...

Le bavard sorti de l’impro et du poste radio

Portrait Blaise Bersinger, humoriste Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...