Du rêve à la victoire en six tableaux

EvénementOlivier Dufour dévoile le canevas du spectacle «Champions!», qui investira vendredi et samedi le cœur de Lausanne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis deux semaines, la place de la Riponne, à Lausanne, s’est muée en gigantesque scène, ajoutant chaque jour des éléments constitutifs du spectacle Champions!, qui rend hommage, à travers l’histoire romancée de Stéphane Lambiel et d’une violoncelliste virtuose, aux femmes et aux hommes qui se surpassent et qui rêvent d’être, un jour, en haut du podium ou de la scène.

Mandaté pour cet hommage artistique et novateur au 100e anniversaire de l’implantation du CIO à Lausanne, le Québécois Olivier Dufour décrit par le menu ce que les spectateurs verront ce week-end: six tableaux pour embrasser, de manière évocatrice, sur fond d’images projetées sur le Palais de Rumine, un siècle d’aspirations et d’émotions, dans les yeux de ces champions. Voici sa description:

Premier tableau: la guerre

«Le spectacle commence en 1915. La Première Guerre mondiale pousse le baron de Coubertin à chercher un refuge pour «son» mouvement olympique. On le voit arriver à Lausanne, pour une assemblée qui ancre le CIO dans la capitale vaudoise. Des images virtuelles à un acteur bien réel, on découvre Coubertin face à son grand projet.»

Deuxième tableau: le rêve

«Nous avons puisé dans les 33'000 heures d’archives en images du CIO pour tirer des séquences qui, à travers les décennies, expriment l’idéal olympique. Le rêve, la détermination, la résilience. Il n’y a pas que des vainqueurs, il y a aussi ceux qui acceptent de perdre, qui se cassent la figure, qui se sacrifient.

On suit la flamme olympique, et le tableau se termine avec ce petit garçon qui regarde, à la télévision, le grand patineur russe Alexei Yagudin réussir sa sublime performance de Salt Lake City en 2002. Cet enfant, c’est Stéphane Lambiel, pour qui cet instant fut un déclencheur, qui s’est dit: «Moi aussi, un jour…». Mon équipe a réussi à isoler les images de Yagudin, qui s’emparera du Palais de Rumine…»

Troisième tableau: l’entraînement

«On retrouve des enfants qui font leurs premiers pas maladroits sur la glace. Dans le même temps, une fille travaille son violoncelle. Elle aussi rêve d’être un jour la meilleure. Ce parallèle entre l’art et le sport va se poursuivre tout au long du spectacle. Puis les enfants grandissent, la sélection se fait, l’esprit de compétition s’installe, c’est de plus en plus dur et, à la fin, il n’en reste plus qu’un…»

Quatrième tableau: le combat

«L’athlète, l’artiste, est face à lui-même. Face à la dureté de l’épreuve, aux exercices cent fois répétés, à l’exigence impitoyable de son coach. Une séquence rehaussée par la performance de l’Ecole Rudra Béjart et ses quarante danseurs.»

Cinquième tableau: la boîte à musique

«Stéphane est à terre. Mais, sous les traits d’une gymnaste qui incarne son envie et son plaisir, il se rappelle pourquoi il est là, se relève et surmonte les difficultés. La violoncelliste s’épanouit, elle aussi. La délivrance est proche.»

Sixième tableau: la victoire

«Des dizaines d’images successives s’emparent du Palais de Rumine, une cascade de joie et d’émotion portée par une musique inédite où Bastian Baker joue un rôle inhabituel. C’est l’apothéose, pour Stéphane Lambiel, pour la violoncelliste, pour Lausanne aussi – et pour les près de 400 figurants qui se réunissent sur scène.»

Une musique originale

La fête se terminera avec Bastian Baker et son groupe. Avec, en prime, une chanson tout à fait inédite, composée exprès – tout comme l’ensemble de la musique de Champions! – par Frédéric Bégin. Une musique où les chœurs (la chorale de l’Ecole internationale de La Côte, celle des anciens du Mur du Son) jouent un rôle prépondérant, puisqu’ils chanteront en direct, et que les enregistrements effectués ces derniers jours à Aubonne viendront donner à leurs voix une ampleur à la mesure de ce spectacle hors du commun.

(24 heures)

Créé: 18.11.2015, 21h48

Un report possible de la soirée de vendredi

C’est un peu la guigne pour les artistes de «Champions!»... Après une longue période de beau temps et de douceur, une sévère dépression, accompagnée de vents importants (avec des rafales pouvant atteindre 60 à 70 km/h en plaine) est attendue pour vendredi.

Cette situation météorologique exceptionnelle contraint les organisateurs à évaluer attentivement la situation. Jeudi matin, une cellule de crise pourrait décider de reporter la première représentation de «Champions!» à dimanche 22 novembre, avec un horaire adapté (dès 18h).

Le cas échéant, tous les billets du vendredi resteraient valables le dimanche. La soirée de samedi, qui devrait s’accommoder d’une météo moins capricieuse, n’est pas concernée par cette éventuelle décision et se déroulera donc selon l’horaire prévu (ouverture des portes à 19 h). La décision de reporter ou non la représentation de demain soir à dimanche sera communiquée dès midi sur le site www.champions-spectacle.ch. Elle fera aussi l’objet d’une information sur www.24heures.ch, média partenaire de la manifestation.

Des gens d'ici sur la scène

«Champions!» réunira des artistes, des gymnastes, des danseurs, des musiciens et des athlètes de toute la Suisse, professionnels et amateurs, bénévoles accourus de partout. Revue (non exhaustive) des effectifs.

Cormac Ruane, étudiant à La Côte International School, incarne Stéphane Lambiel enfant. Michael Giger, un élève patineur de la Skating School of Switzerland (l’école de Lambiel à Champéry), prend le relais. Constance Lengagne, jeune élève du Conservatoire de Lausanne, joue la jeune violoncelliste. Il y a aussi le Club des patineurs Lausanne Malley et les gymnastes de la Société formatrice en éducation physique de Bex (dont Joanie Ecuyer en solo), la violoncelliste genevoise Anna Minten et les danseurs de l’Atelier Rudra Béjart. Le grand final réunit les deux chœurs (adultes et enfants), Bastian Baker et son band, ainsi qu’une multitude de grands sportifs suisses, parmi lesquels Fanny Smith, Sergei Aschwanden, Patrik Lötscher, Roland Collombin, Silvio Giobellina ou Laurence Rochat.

Articles en relation

«Champions!» est un projet magnifique et ambitieux»

Directeur de Manor, Christian Bulliard revient sur l’implication de l’un des principaux sponsors de l’événement. Plus...

Les choristes du «Mur du son» reviennent pour «Champions!»

Spectacle Ils avaient chanté lors du spectacle organisé par «24 heures» à Beaulieu. Ils reviennent célébrer les 100 ans du CIO à Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Visite du pape en Suisse, paru le 21 juin.
(Image: Bénédicte) Plus...