Le Roman des Romands sacre Joseph Incardona

LittératureL’écrivain genevois a reçu hier à Yverdon-les-Bains le prix décerné par 500 élèves pour Permis C.

L'écrivain genevois Joseph Incardona a reçu ce mardi en début de soirée le Prix du Roman des Romands pour

L'écrivain genevois Joseph Incardona a reçu ce mardi en début de soirée le Prix du Roman des Romands pour "Permis C". Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour sa neuvième édition, l’équivalent romand du Goncourt des lycéens a distingué le Genevois Joseph Incardona pour Permis C, paru en 2016 chez BSN Press à Lausanne. Le prix, remis mardi en fin de journée au Théâtre Benno Besson à Yverdon par la Fondation Minkoff, consacre le choix de 25 classes de l’école post-obligatoire en Suisse romande. Soit quelque 500 élèves qui ont décortiqué les œuvres des huit auteurs en lice, puis confronté leurs points de vue lors de journées de délibérations.

Permis C l’a emporté devant Les caractères (Presses littéraires de Fribourg), de Bastien Roubaty, et Hiver à Sokcho (Ed. Zoé), d’Elisa Shua Dusapin. Auteur de romans noirs, Joseph Incardona poursuit dans Permis C une œuvre plus personnelle débutée avec Le cul entre deux chaises, sorti en France en 2002, puis réédité en 2014 dans une version remaniée chez BSN Press. Il y narrait les vicissitudes de son alter ego André Pastrella, antihéros un peu paumé enchaînant les petits boulots pour devenir écrivain.

Permis C creuse encore la veine intimiste en ramenant André Pastrella dans l’enfance. Le garçon de père italien et de mère suisse raconte son enfance de «Rital» dans la Genève populaire des années 70, entre camarades peu accueillants, matches de foot entre habitants du quartier sous haute tension et éducation sentimentale. En contrepoint, la mer s’offre, apaisante, dans la chaleur des séjours en Sicile. Mais les vacances s’arrêtent à l’instant où, sur le chemin du retour, la voix du contrôleur annonce dans le train: «Wir treffen in Brig ein.» Ce récit initiatique sensible a parlé aux jeunes jurés du prix.

L’écrivain, qui est aussi scénariste, a publié une dizaine de romans. Ses livres sont autant de plongées dans le tragique, où le style épouse le propos. Chaleur, qui faisait transpirer en mettant en scène un authentique concours de sauna en Finlande, a obtenu le Prix du polar romand en novembre. Derrière les panneaux, il y a des hommes, qui cisèle au scalpel le monde glauque des aires d’autoroutes, a remporté le Grand prix de littérature policière en 2015. Tandis que Permis C vient de sortir en France chez Pocket sous le titre Une saison en enfance, on retrouvera bientôt André Pastrella trentenaire dans Banana Spleen, à paraître chez BSN Press.

Créé: 23.01.2018, 19h31

Articles en relation

L’école oublie trop souvent les auteurs d’ici

Littérature Le Roman des Romands a contribué à faire lire des plumes locales à l’école, mais il reste du travail. Etat des lieux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.