Découvrez le teaser du nouveau spectacle des deux Vincent

Humour«Le fric. Un spectacle cher de Vincent Kucholl et Vincent Veillon», auquel collabore Antoine Jaccoud, arrivera sur les scènes romandes en février 2018.

Dans leur futur spectacle qui tournera autour de l’argent, Vincent Kucholl et Vincent Veillon troqueront peut-être le blanc pour du champagne!


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils l’ont annoncé dans Le Matin Dimanche: Vincent Kucholl et Vincent Veillon vont arrêter 26 minutes, leur émission qui cartonne le samedi soir sur RTS1. Sans doute pour mieux revenir, mais, en attendant, c’est vers les planches qu’ils lorgnent avec un tout nouveau spectacle. Le flouze, l’oseille, le pognon, le fric, le blé… Vous l’avez compris, il sera question non plus de la Suisse – comme c’était le cas lors de leur précédente tournée – mais d’argent. «Le spectacle s’appellera Le fric - Un spectacle cher de Vincent Kucholl et Vincent Veillon, s’emballe ce dernier au bout du fil. Et on compte s’en faire un max! Les places commencent à 200 balles, je crois! Mais, non, elles seront à la portée de toutes les bourses. Plus sérieusement, le sujet s’est présenté à nous comme un fil rouge évident: avec la politique, le sexe et la religion, il fait partie des thèmes qui régissent le monde.»

Actifs dans la troupe d’improvisation Avrac, les deux Vincent se sont aperçus en tournant avec celle-ci que la scène leur manquait vraiment. «L’émission est tournée en public, mais notre rapport aux spectateurs est très limité, puisque nous travaillons sur quelque chose de très formaté avec une équipe de 20 personnes, explique l’homme à la chemise blanche, qui se réjouit de la quitter. J’ai beaucoup aimé toucher à la production, je crois que nous avons pris pas mal de muscles de ce côté-là, et cela se ressentira dans le spectacle, qui sera fait comme la dernière fois de duos ou de solos entrecoupés de séquences vidéo.»

Si Vincent Veillon adore 26 minutes, on sent qu’il a des fourmis dans les jambes, qu’il a hâte d’enfiler d’autres costumes que celui du conférencier-gendre idéal. «C’est vrai que j’ai envie de faire le con. Après avoir développé la sobriété à outrance, qui n’est pas un exercice facile. Mais, bon, je ne vais pas aller challenger Vincent sur son terrain: nous avons chacun nos spécificités.»

L'écriture a commencé avec Antoine Jaccoud

Un troisième larron s’est immiscé entre les deux rigolos, et non des moindres, puisqu’ils travaillent sur leur projet avec Antoine Jaccoud. «Vincent le connaissait, et je ne sais pas exactement qui a approché qui, mais ça a tout de suite pris, dès notre première rencontre, explique Vincent Veillon. C’est un fou! C’est tellement important de parler le même langage. Vincent et moi, nous avons toujours envie d’apprendre, de nous améliorer, de nous ouvrir à d’autres choses. Son rôle, c’est que le spectacle ait une queue et une tête, de tracer un chemin dans ce thème si vaste. Evidemment qu’il y aura Gilles Surchat, mais aussi des patrons d’entreprises ricains pleins aux as. On ne va pas se contenter d’une galerie de portraits régionaux. Il y aura plein de nouveaux personnages, Vincent veut notamment développer les femmes. Et, comme toujours, il y aura de la sociologie dans ce que l’on fait. On se demande simplement: le fric, c’est cool? C’est assez casse-gueule, il ne faut pas tomber dans les clichés. Mais on est à fond dedans et ça m’enthousiasme. Nous avons déjà passé un week-end au vert et je me réjouis du prochain.» Rendez-vous dès ce matin sur le tout nouveau site pour un teaser puis mercredi pour les détails de cette tournée romande qui débutera en février 2018. (24 heures)

Créé: 01.05.2017, 08h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.