Du zygote à la cendre, itinéraire d’une femme libre

Spectacle musical«Les Années» amène Yvette Théraulaz au Théâtre de Carouge.

Créé en 2013, le spectacle autobiographique d’Yvette Théraulaz revient sur un demi-siècle d’épanouissement scénique.?

Créé en 2013, le spectacle autobiographique d’Yvette Théraulaz revient sur un demi-siècle d’épanouissement scénique.? Image: GUILLAUME PERRET

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C’est la seule façon de faire qui me corresponde, s’excuserait-elle presque au téléphone, en finissant d’avaler sa carotte crue: me raconter moi-même pour parler du monde!» Indécrottable modestie de la part d’une Théraulaz auréolée de l’Anneau Hans Reinhart en 2013, au moment même où elle concevait ces Années qui nous rattrapent à Carouge après trois ans de tournée – avec une halte au Crève-Cœur de Cologny en 2014.

Cinquante ans sur scène

Théraulaz Suzanne, sur les registres de l’état civil. Plus connue sous le prénom d’Yvette, qui a pris le dessus suite à une hésitation initiale de ses parents. D’ailleurs, son spectacle musical remonte jusqu’à cette préhistoire personnelle pour balayer toute l’existence de la femme de théâtre «en regard de la grande Histoire». «Des spermatozoïdes au tombeau, rit-elle, en quelques étapes choisies aléatoirement pour un spectacle musical d’une heure et demie.»

«C’est pour mon demi-siècle de présence sur scène que j’ai conçu Les années, raconte celle qui, à 69 printemps, vient de créer Ma Barbara à la Comédie. Tous deux sont des spectacles musicaux plutôt que des tours de chant, mais le premier enroule textes et musiques (y compris deux titres de Barbara du reste) autour d’un fil rouge autobiographique. Dans ce sens, il ressemble davantage à Histoires d’elles ou Comme un vertige

Avec le fidèle Lee Maddeford au piano à queue, le montage inclut des chansons interprétées à l’origine par des hommes – Jean Ferrat, Julien Clerc, William Sheller ou Jacques Brel – «le principal étant qu’elles illustrent ce que je veux exprimer».

Les yeux et le cœur ouverts

Ce qu’Yvette Théraulaz veut exprimer recoupe donc à la fois la trajectoire individuelle – l’éducation rigide, l’amour, la sexualité, les ruptures, la maternité… – et l’aventure collective – Mai 68, le féminisme, l’engagement politique, le «manifeste des 343 salopes»… En d’autres mots, Les années retracerait l’éveil d’une conscience: «Comment on part des préjugés hérités d’un milieu étroit pour aboutir à l’ouverture des yeux, d’abord, puis du cœur, avec le temps», résume notre pasionaria romande rien qu’à nous.

Naître en 1947, alors, une chance? «A part que ça me fait approcher les 70 ans, je suis contente d’être venue au monde à ce moment-là. Le théâtre m’a permis de me libérer des carcans qui pesaient alors sur la société: c’était une époque pleine d’utopies! Vous ne trouvez pas que la nôtre manque de transcendance?» Avec Yvette Théraulaz, les réponses se muent en questions, les certitudes en doutes. «Cela dit, si j’étais née vingt ans plus tard, j’aurais fait plus de chanson que de théâtre. Je serais sans doute allée tenter une carrière à Paris, j’aurais misé moins sur la comédienne que sur la chanteuse.» On est bien le produit de son temps, telle est l’une des leçons des Années. Modeste, toujours.

Le 8 mars, Journée internationale de la femme, l’actrice rencontrera son public autour d’un déjeuner à la Société de lecture, en marge des représentations. «Je me mobilise régulièrement ce jour-là, commente-t-elle, même si je ne suis pas sûre que l’opération porte ses fruits. En revanche, je n’aime pas l’idée d’une année entière dédiée aux femmes, il me semble qu’elle ne servirait qu’à se donner bonne conscience… Qu’en pensez-vous?»

«Les années» Théâtre de Carouge, Salle Gérard-Carrat, jusqu’au 23 mars puis du 5 au 17 avril, 022 343 43 43, www.tcag.ch (24 heures)

Créé: 23.02.2016, 09h42

Articles en relation

«A 68 ans, je reste attentive aux secousses de l’amour» clame Yvette Théraulaz

Chanson La Lausannoise entame «Ma Barbara», un tour de chant qui la voit se mesurer à celle qui l’a tant inspirée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.