Les nonnes font leur show à Servion

Comédie musicale«Sister Act» se déhanche sur les planches de Barnabé. Une première en Suisse.

Tyssa (au centre) livre une prestation impeccable dans le rôle de Dolorès, aux côtés de nonnes au diapason.

Tyssa (au centre) livre une prestation impeccable dans le rôle de Dolorès, aux côtés de nonnes au diapason. Image: André Bernet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Engoncées dans leurs longues tuniques noires et leurs guimpes austères, les nonnes dévoilent soudain leurs scapulaires dorés ornés de cœurs rouges à paillettes. Leurs timbres résonnent, les notes virevoltent, les croches ricochent sur les voûtes d’ogives et les hanches swinguent.

Sur les planches du Café-Théâtre Barnabé, à Servion, le spectacle de fin d’année nous emmène dans un couvent de San Francisco dont le quotidien est chamboulé par une chanteuse de cabaret répondant au nom de Dolorès van Cartier. Ou plutôt de sœur Marie-Clarence, pseudonyme sous lequel elle se planque après avoir été témoin d’un meurtre. Pas franchement friande de bondieuseries, la diva mettra les sœurs dans sa poche, fera de la chorale une machine à tubes punchy, remplira l’église jusqu’alors désertée par ses ouailles et fera même venir le pape!

Déjà 7'000 places vendues

Vous aurez reconnu l’histoire, celle de «Sister Act», feel good movie culte des années 90 avec une Whoopi Goldberg délurée dans le rôle principal, adapté en comédie musicale vingt ans plus tard. À Broadway d’abord, puis dans le monde entier. En Suisse, par contre, personne ne s’était encore frotté à ces partitions mythiques signées Alan Menken et adaptées en français par Ludovic-Alexandre Vidal et Nicolas Nebot du Théâtre Mogador à Paris. La compagnie Broadway en rêvait. La voici exaucée.

«C’était un pari risqué étant donné l’envergure du projet, mais le jeu en vaut la chandelle»

«C’était un pari risqué étant donné l’envergure du projet, mais le jeu en vaut la chandelle», souligne son cofondateur, Noam Perakis, metteur en scène du spectacle et directeur du café-théâtre de Servion. Alléluia, les fidèles de Barnabé ont répondu présent: plus de 7'000 places ont été vendues sur la vingtaine de représentations fixées jusqu’au 8 février 2020, si bien que les nonnes entonneront «Partir pour Éden» et leurs autres tubes lors de plusieurs dates supplémentaires. «Nous allons certainement atteindre plus de 12'000 spectateurs uniquement pour cette production», se réjouit Noam Perakis.

Mais il a fallu faire preuve d’une patience (et d’une ferveur quasi religieuse) pour décrocher les droits de ce succès planétaire. «Nous avons attendu deux ans pour les obtenir, car il n’est pas possible de représenter la comédie musicale dans plusieurs lieux à la fois, explique Céline Rey, cofondatrice de la compagnie Broadway et directrice vocale. Et comme elle sera remontée à Londres en juin 2020, nous n’avons les droits que pour une période limitée.»

Trente artistes

Ce rêve a un coût: un demi-million. «C’est une somme importante pour nous, mais cela représente peu dans le milieu de la comédie musicale. Nous avons dû nous serrer la ceinture.» Gourmandes, ces grosses productions nécessitent de gros moyens: décors monumentaux, costumes scintillants et distribution imposante. Pas moins de vingt-trois interprètes se côtoient sur scène, accompagnés de sept musiciens.

«La présence d’un orchestre live est une obligation, sans quoi nous n’avons pas le droit d’appeler cela «comédie musicale», reprend Céline Rey. Pour l’occasion, le VKFFB Backing Band réinvestit la fosse d’orchestre du café-théâtre. «Nous ne l’avions pas ouverte depuis dix ans!»

Créé: 26.11.2019, 15h55

Critique

Lumineuse, Tyssa étincelle en bonne sœur

D’abord, une confession. L’auteure de ces lignes est peu friande de comédies musicales. Et que dire de la trame sirupeuse de «Sister Act»? Mais... il faut bien admettre que la compagnie Broadway maîtrise l’art du show musical flamboyant. Farcie de fantaisie, la mise en scène de Noam Perakis insuffle aux aventures de Dolorès van Cartier un rythme péchu et vibrant, une belle variation d’ambiances dans des décors éblouissants, mais aussi de l’émotion.

Dans le rôle de Dolorès-Marie-Clarence, la chanteuse Tyssa étincelle. Lumineuse, elle module sa voix chaude et puissante avec justesse et livre une prestation impeccable. Pleines de peps, les nonnes (et la novice, sœur Marie-Robert, interprétée par la touchante Loren Munoz) sont au diapason sur l’estrade de la chorale du couvent, sous l’œil rigolard d’un moine balayeur (Barnabé).

Changement de cadre. Dans une ruelle sombre et louche, le vilain Curtis et ses sbires conspirent et traquent Dolorès. Affublés de perruques ringardes et de vêtements de loubards, les comédiens-chanteurs (dont Noam Perakis) sont désopilants de stupidité dans des scènes savoureuses. Retour au couvent. Dans leurs robes ornées de sequins, les sœurs entonnent un ultime refrain, point d’orgue d’un show ébouriffant.

Infos pratiques



«Sister Act»
Café-Théâtre Barnabé
Servion
Jusqu’au 8 février 2020
Rens.: 021/903-09-03

www.barnabe.ch

Articles en relation

Les enfants de «Tom Sawyer» irisent les planches de Servion

Critique Barnabé ouvre le bal avec une touchante création musicale où se côtoient innocence et décors mouvants. Plus...

Le bal s'ouvre aux paillettes chez Barnabé

Création Place au show avec soixante jeunes acteurs, engagés dans une performance colorée qui révèle la part moderne des «Aventures de Tom Sawyer» de Mark Twain. À Servion jusqu’au 7 septembre Plus...

Barnabé troquera sa Revue contre une «Sister Act» survoltée

Un théâtre, une saison Avec quatorze propositions à l'affiche, la saison 2019-2020 du café théâtre de Servion sera colorée et pétillante. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...