Le sculpteur était aussi peintre

ExpositionÀ Corseaux, l’Atelier De Grandi dévoile l’autre facette de Casimir Reymond.

"Vergers en fleurs sur fond de sommets enneigés", huile sur toile (81 x 116 cm). Image: COLLECTION PRIVEE/SUISSE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand, à l’âge de vingt ans, l’inventaire compte déjà 180 peintures et dessins, le doute n’est pas permis: il y a autant d’ardeur dans l’air que d’envie de découvrir le monde sensible. Mais il y a aussi ce peintre curieux de tout, ce caméléon stylistique se faufilant entre les volutes d’Hodler, les chaleurs mordorées de Cézanne, les rondeurs modelées de Fernand Léger ou encore les audaces colorées de Giovanni Giacometti.

Il y a donc… Casimir Reymond, ce sculpteur vaudois (1893-1969) que l’on ne connaît pas vraiment en peintre - le succès de son exposition lausannoise de 1913 à la Grenette datant un peu! Au-delà de sa «Vendange» qui s’épanouit au parc du Denantou, de l’«Agriculture» et de l’«Artisanat» qui accueillent à l’entrée principale du Palais de Beaulieu et de son hommage au Dr César Roux qui se dresse rue du Bugnon, c’est surtout le peintre que l’Atelier De Grandi se réjouit de faire découvrir ou redécouvrir.

Ni vraiment musée et pas totalement espace d’art, la villa-atelier construite par Alberto Sartoris à Corseaux pour le peintre Italo De Grandi a fait de cette absence de contraintes institutionnelles une liberté de construire ses expositions en mode passion. Pas de chronologie! Et pas davantage de thématisations castratrices. Le rendez-vous avec la peinture de Casimir Reymond agrège les découvertes, à commencer par la première. Celle d’un artiste qui fuit l’anecdote mais qui se laisse aspirer par la lumière, un artiste qui cherche tous azimuts fort d’une liberté créative, donc qui ose un skieur dans un nuage vaporeux de neige puis des footballeurs saisis dans un amalgame très organique. Ou encore ces naïades prises dans un vertigineux magma, comme si chaque thème se retrouvait dans un style unique! «C’est un virtuose, s’enthousiasme Pierre De Grandi, il joue de plusieurs instruments.»

Le volume avant tout

Avec son frère, François, ils ont eux aussi vécu l’intensité de la première rencontre avec l’œuvre peint du Vaudois. Elle s’est nouée autour du portrait d’une femme, Valentine, la sœur que Casimir Reymond a réalisé au verso d’un paysage. Mais c’est la puissance expressionniste et l’énergie vitale veinant chaque trait de ce portrait qu’ils ont choisi pour leur exposition, lumineux exemple de l’implication extrême du peintre dans ses sujets. Il y a de l’affect, du respect si ce n’est de l’amour, dans son pinceau traduisant la force comme l’intégrité de l’être, qu’il soit paysan, forgeron, moissonneur ou jardinier. Parti un temps oxygéner son art à Paris – ce passage presque obligé de son époque – le pédagogue qui a ensuite influencé des générations de jeunes artistes, l’a toujours dit: être né à Vaulion, à la campagne, a conditionné son travail.

La testostérone domine dans l’exposition de Corseaux. Elle s’incarne dans une monumentalité aux contours qui diffèrent, innovants d’une toile à l’autre. Mais c’est surtout cette quête incessante du volume qui frappe, qu’elle transparaisse dans la texture d’un pli de tablier ou dans la vigueur de certaines carnations. Comme autant de témoins d’un feu intérieur!


Corseaux, Musée l’Atelier de Grandi Jusqu’au 18 août, du je au di (13h30-18h) www.atelierdegrandi.ch

(24 heures)

Créé: 20.04.2019, 18h04

En dates

1893
Naît le 9 avril à Vaulion.
1908
Quitte son village pour Lausanne (École normale) puis Genève (beaux-arts).
1913
La Grenette à Lausanne l’accueille pour sa première exposition personnelle.
1918
L’évêché lui passe commande pour un bas-relief à la cathédrale.
1920
Livre le monument aux soldats morts pour le pays sur l’esplanade de Montbenon.
1922
S’installe à Paris sur les conseils de Félix Vallotton. Il y reste dix ans.
1932
Devient professeur de dessin à l’École cantonale de dessin et d’art appliqué.
1969
Meurt le 16 juillet, une année après le décès subit de son fils. Il a 76 ans.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.