Dans la série «Beau Séjour», l'enquêtrice est un cadavre

EcranAu croisement de «Twin Peaks» et «Revenants», cette production atypique transporte. Les coréalisatrices Nathalie Basteyns et Kaat Beels racontent sa genèse.

Dans «Beau Séjour», Lynn Van Royen interprète Kato, morte-vivante qui enquête sur son propre meurtre.

Dans «Beau Séjour», Lynn Van Royen interprète Kato, morte-vivante qui enquête sur son propre meurtre. Image: Arte/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Complices de longue date, Nathalie Basteyns et Kaat Beels, réalisatrices de Beau Séjour, nouvelle pépite du nord, parlent d’une seule voix un dialecte qui mêle au français expressions anglaises et onomatopées flamandes. «Ça doit être le langage des artistes, au-delà du conflit linguistique en Belgique», ironisen t les réalisatrices. Depuis quelques mois, l’union refait la force dans des séries à l’originalité singulière. De La trêve, Au-delà des murs, Ennemi Public (actuellement sur TF1) etc. émerge un style robuste et hybride. Ici, le polar et le fantastique bataillent avec le réalisme d’un puissant ancrage local. Beau Séjour sur Arte, confirme cette tendance chérie au pays de L’enfer de Jérôme Bosch. «Excellente référence! sourient les cinéastes. Même si notre palette clashe en couleurs sombres où seul le capuchon jaune de l’héroïne fait tache. En plus, nous avons tourné par exprès en hiver avec un gros-grain de pellicule.» Ambiance.

Au-delà, Beau Séjour sort surtout un drôle de cadavre du placard. Kato, victime d’un crime brutal, peut ainsi converser avec des vivants sélectionnés. La jeune fille se met alors à enquêter sur son propre assassinat. Terrienne, solide, l’inconnue Lynn Van Royen interprète ce spectre. «On nous parle aussi beaucoup de la série de SF française Les revenants. Nous avons lorgné nos atmosphères bizarres et lugubres sur Twin Peaks, de David Lynch, Notre point de départ, c’était cette ado mort-vivante qui veut identifier son tueur.» Avec une maîtrise impeccable, Nathalie Basteyns et Kaat Beels mettent en place un dispositif irrésistible. «Etablir le code visuel de la série fut très long. Qui pouvait voir quoi? Dans quelle mesure les personnes étaient-elles conscientes de la présence de Kato, voire des objets affectés par ses actes?»

Dès le premier épisode, des règles strictes s’instituent. «Kato découvre sa mère en larmes. Elle ne peut la consoler et celle-ci ne peut la voir. Dans la pratique, il a fallu affiner notre méthode. Nous avons pris des décisions arbitraires: par exemple, quand Kato est à l’image, nous filmons caméra à l’épaule de la façon la moins statique possible. Ou encore, quand dans une scène, deux interlocuteurs peuvent voir l’héroïne et qu’une troisième ne le peut pas, nous nous concentrons sur le duo en évitant de monter la tierce personne. Imperceptible, cette méthodologie induit une logique, et donc une vraisemblance très palpable.»

Le Limbourg, «délicieux paradis fleuri en été!» impose ses brumes glacées sur champs de pommes de terre désolés. «Avec Kaat, j’adore cette région dont nous sommes originaires, précise Nathalie Basteyns. Nous avons eu vrai coup de foudre pour cet hôtel Beau Séjour.» Comme beaucoup de créateurs de séries contemporaines, le duo ne dément pas l’influence exercée par l’école télévisée scandinave. «The Killing et autres The Bridge tablent beaucoup sur l’atmosphère du cru. Cette mise en avant des origines griffe leurs séries avec une patte unique. Nous nous sommes aussi confortées dans cette idée en matant True Detective, qui pompe son identité dans les bayous de Louisiane. Pour Beau Séjour, c’est pareil, le lieu inspire.»

De crime crapuleux en autopsie au scalpel, les réalisatrices se soucient peu de censure. «La vie est crue et nous sommes au pays de Dutroux, non? Sans aller au gore, nous tenions à ce feeling qui nous distingue des séries policières habituelles.» Le financement de Beau Séjour table aussi sur des ressources inhabituelles. «Au-delà du «Tax Shelter», nous cherchons des débouchés du côté de Netflix et Amazon, des chaînes de télévision privées, de vidéo à la demande. Ces nouveaux investisseurs modifient le champ créatif car ils reposent sur un lien différent avec le spectateur des chaînes publiques.» De quoi espérer une deuxième saison de Beau Séjour.

Créé: 01.03.2017, 07h52

Infos

Beau Séjour
Nathalie Basteyns, Kaat Beels
Arte, 10X 50’
dès je 2 mars, puis Arte + 7.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...