Passer au contenu principal

A Sévelin, la relève chorégraphique met son pied à l’étrier

A côté des confirmés, Les Printemps de Sévelin mettent en lumière de jeunes talents

La chorégraphe et danseuse Géraldine Chollet sera sur le plateau des Printemps de Sévelin avec une version aboutie de sa pièce Itmar, présentée l'an dernier dans le cadre des «Quarts d'heure», la soirée de tremplin.
La chorégraphe et danseuse Géraldine Chollet sera sur le plateau des Printemps de Sévelin avec une version aboutie de sa pièce Itmar, présentée l'an dernier dans le cadre des «Quarts d'heure», la soirée de tremplin.
Odile Meylan

Stimuler la création contemporaine, défricher la relève (surtout romande). Deux missions qui font partie de l’ADN des Printemps de Sévelin, comme de celui de son port d’attache, le Théâtre Sévelin 36. Cette année encore, ce sont près d’une vingtaine de jeunes chorégraphes suisses et étrangers – parfois plus mais souvent moins confirmés – qui vont proposer, du 4 au 22 mars, leurs pièces. Des artistes professionnels qui ont, pour beaucoup, moins de 30 ans. «A travers la programmation, des résidences ou des programmes de coaching, nous avons toujours cultivé une proximité avec la jeune création, rappelle le directeur artistique du festival, Philippe Saire, installé depuis vingt ans avec sa compagnie de danse dans le théâtre lausannois. On aime découvrir des univers particuliers, des personnalités fortes. »

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.